Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard Hannogne-Saint-Martin - La Foulerie - en écart - Cadastre : 1982 AE 80, 89-98
    Historique :
    19e siècle, M. Lombard l'achète et la loue à M. Giresse qui le transforme en filature. Les deux Un moulin à foulon est créé sur ce site en 1550 par la famille Labauche sur le ruisseau de Sapogne . En 1733, il est loué ou appartient à Jean Colet et, en 1761, à Jean Labauche qui possède une manufacture de drap à Sedan. En 1806, il est toujours dans la famille Labauche mais dans la seconde moitié du chaufferie, la salle des machines ainsi que le grand bâtiment à sheds de la filature sont construits. En 1936 , les bâtiments à étages de l'ancien foulon brûlent et sont reconstruits en rez-de-chaussée avec des élève une carderie à son emplacement. Actuellement, le site est désaffecté. Le foulon produisait son énergie grâce à une roue hydraulique entraînée par le ruisseau de Sapogne et des retenues d'eau. La filature était mue par une machine à vapeur, puis ce système a été remplacé par un moteur de bateau dans les années 1930 et la chaudière à charbon par une à fioul. La filature emploie 90 ouvriers en 1883
    Observation :
    . Lombard, filature laine cardée à hannogne st martin ; 21 pers en 05 43.
    Dénominations :
    moulin à foulon
    Description :
    d'ardoise. Excepté les écuries au toit à longs pans, les autres bâtiments ont des toits en pavillon. Face à cet ensemble, la carderie à trois vaisseaux construite vers 1936 à l´emplacement du foulon, présente mécaniques supportés par des piliers en béton armé. Attenant au sud, la filature à huit vaisseaux est couverte de sheds à charpente en bois apparente et d'ardoise ; les murs sont en moellon calcaire enduits charpentes apparentes en bois couvertes d'ardoise. A l'opposé et à l'ouest de la filature, la carderie construite dans les années 1950 en pan de fer et parpaing de béton, a une charpente apparente métallique et
    Titre courant :
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Appellations :
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Illustration :
    Une chargeuse en 1972 ; fabriquée à Haraucourt par Alexandre et Antoine IVR21_20090804808NUCA Logement annexe de l'époque de la foulerie, à droite, et bâtiment servant au stockage des balles de laine (à gauche) depuis la cour intérieure IVR21_20090804793NUCA Intérieur de la carderie construite vers 1936 à l'emplacement de l'atelier de production de la Charpente de la carderie construite vers 1936 à l'emplacement de l'atelier de production de la La salle des machines, à gauche, et la chaufferie, à droite IVR21_20090804800NUCA La salle des machines et les toits de la filature attenante, à gauche IVR21_20090804801NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature en laine peignée, puis filature de coton Raguet fils et R. Vignes, puis filature de l'Enclos, puis usine de bonneterie Valton, puis maison
    Filature en laine peignée, puis filature de coton Raguet fils et R. Vignes, puis filature de l'Enclos, puis usine de bonneterie Valton, puis maison Virey-sous-Bar - l' Enclos - 22, 24, 26 rue Jean Monet - en écart - Cadastre : 1980 A 627, 628, 657 à 663
    Historique :
    Le moulin à farine présent sur le site de l'Enclos est modernisé pour y installer une filature de laine peignée au cours du 2e quart du 19e siècle. A la suite de la faillite de l'entreprise en 1885 , Paul Raguet en devient propriétaire et agrandit l'usine en y installant une machine à vapeur de 150 ch 1970. De 1980 à 1986 au moins (enquête initiale), la bonneterie Valton occupe les bâtiments, à d'enquête). Machine à vapeur de 150 ch en 1895, puis machine à vapeur de 450 ch au début du 20e siècle. 80
    Référence documentaire :
    Statistique industrielle et commerciale. 1890-1896 AD Aube : M 2338. Statistique industrielle et
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    Moulin à deux étages carrés, élevé en pisé et structure en bois, recouvert d'un enduit, avec toit à . A l'exception du moulin, l'ensemble des bâtiments est construit en moellons de calcaire, avec brique en encadrement de baie et en chaine d'angle. La cheminée d'usine a été détruite. Le moulin a été en
    Localisation :
    Virey-sous-Bar - l' Enclos - 22, 24, 26 rue Jean Monet - en écart - Cadastre : 1980 A 627, 628, 657 à 663
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à farine dit du Roland, puis filature de laine, puis tannerie, puis maisons
    Moulin à farine dit du Roland, puis filature de laine, puis tannerie, puis maisons Fismes - isolé - Cadastre : 1988 AH 213
    Historique :
    En 1848, M. Prioux Pasquier exploite un moulin à farine, qui laisse la place à une filature de laine sous le Second Empire. A la fin du 19e siècle, une tannerie de peaux de lapin s'installe dans ces . Lors de l'enquête initiale, en 1991, l'usine n'a plus de fonction industrielle. Lors du complément modification de l'ensemble. A la fin du 19e siècle, une machine à vapeur de 25 ch complète la force hydraulique
    Référence documentaire :
    AD Marne : 186M 11. Enquête, par commune, sur le nombre des manufactures, usines ou ateliers à moteur mécanique (hydraulique ou à vapeur) et à feu continu, et sur le nombre des fabriques occupant
    Dénominations :
    moulin à farine
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Titre courant :
    Moulin à farine dit du Roland, puis filature de laine, puis tannerie, puis maisons
    Annexe :
    ). Le Roland était un ancien moulin appartenant dès 1147 à l'abbaye de Chartreuve. Incendié et rebâti en place à Fismes depuis 1147. Transformé en usine de peaux de lapins en 1893 par la société Lafrique, il fabrique identique à Crocq dans la Creuse et une autre à Brooklyn, en plein New-York. Revue de Champagne touchant le trécens que l'abbaye de Chartreuve devait à l'abbé de Mouzon sur le Moulin Roland et sur le cours de la rivière de Vesle ; ladite charte rongée de tous côtés. p. 330 : ... de Baudement à l'abbaye Roland jusqu'à Fismes. p. 334 : 1272 Copie faite par Varlet et Lemoine, notaires à Braisne, de la confirma ces donations, mais il y ajouta des marais à Breuil et à Bazoches, et le cours de la Vesle depuis le moulin Roland jusqu'à ... Revue historique ardennaise. Paul Laurent. 1896. p. 191 : ... devait à Richer, M. Parent. 1983. 432 pages. p. 156 : Les villages de Court et Villette près de Fismes avec le . Notice Historique et Descriptive des Monuments Civils et Religieux du Canton de Fismes par M. l'abbé
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature et tissage de laine Wagner et Marsan, puis Collet-Varenne, puis L. et H. Collet, puis S.A. des filatures et tissages de Reims, actuellement immeubles d'habitation
    Filature et tissage de laine Wagner et Marsan, puis Collet-Varenne, puis L. et H. Collet, puis S.A. des filatures et tissages de Reims, actuellement immeubles d'habitation Reims - 13 boulevard Saint-Marceaux - en ville - Cadastre : 1974 CK 17
    Historique :
    plans de l'architecte A. Gosset. Cette usine est ensuite exploitée par la famille Collet jusqu'en 1914 , date à laquelle elle est totalement détruite, puis reconstruite vers 1920. Entre les deux guerres, la 1970. L'usine est totalement détruite quelques années plus tard pour laisser place à des immeubles d'habitation. En 1914, cette usine dispose de 15 000 broches de filature et de 440 métiers à tisser. 3 générateurs de 500 m2 de chauffe et une machine à vapeur de la maison Dujardin et Cie de Lille actionnent
    Référence documentaire :
    de broches à filer et de filateurs en coton, en 1827-1828. Protection du marché des laines. 1816-1822 -1820, etc.). Nombre de broches à filer et de filateurs en coton, en 1827-1828. Protection du marché des d'effilochage, battage, triage de chiffons, 1930) ; Ets Iwan Woos (réservoir souterrain à essence, 1932 ) ; Ets Iwan Woos (réservoir souterrain à essence, 1932) ; Société des Ets Warnier-David (générateur p. 24-25 Regard sur un siècle de vie économique à Reims (1855-1955), 1991 HUBERT, Michel, PERNET , Jacques. Regard sur un siècle de vie économique à Reims (1855-1955). Reims : Atelier graphique, 1991. 239 p. 121-133 Les grandes usines. Etudes industrielles en France et à l'étranger. Reims, tissus de laine, 1868 TURGAN. Les grandes usines. Etudes industrielles en France et à l'étranger. Reims, tissus
    Annexe :
    magasins généraux de M. Luzzani, à côté se construit la filature de laine de MM. Lelarge et Augé. Quand mètres carrés ; elle a été exécutée par M. Gosset, architecte de beaucoup de talent, qui venait d´obtenir compte de ses besoins, et M. Gosset est arrivé à faire une excellente construction industrielle, au prix -de-boeuf et surmontés d'un cordon ornementé de dessins de briques. M. Gosset a cherché à relever de colonnes de fonte servant de support ; elles sont recueillies par un aqueduc. M. Gosset a tiré bon parti de appliquées à l´industrie pour réaliser les plans qu´a soumis M. Marsan à l´Académie de Reims qui avait mis au TURGAN. Les grandes usines. Etudes industrielles en France et à l´étranger. Reims, tissus de laine outils les plus nouveaux, est la grande usine construite par M. Gosset, pour la Compagnie dont MM. Wagner et Marsan sont les gérants. Le capital de cette Compagnie a été formé par actions de 1.000 francs arrêtée à tout prix par les craintes plus ou moins fondées des fabricants d´un même produit. Reims, au
    Destinations :
    immeuble à logements
    Illustration :
    Vue des immeubles à logements construits sur l'ancien site industriel IVR21_20145102344NUCA
  • Filature de laine Buirette-Gaulard, puis fonderie de bronze dite Le Bronze Industriel
    Filature de laine Buirette-Gaulard, puis fonderie de bronze dite Le Bronze Industriel Suippes - avenue du Général Leclerc - en village - Cadastre : 1970 AC 289
    Historique :
    -dit La Carpière. A cette époque, les métiers sont transportés à Angers (49) et le service commercial transféré à Troyes (10). Détruite pendant la Première Guerre mondiale, cette usine est reconstruite vers fabrique des tubes en bronze (fabrication par centrifugation et coulée continue à la fin des années 1980 de l'ensemble. L'usine emploie 180 à 200 ouvriers en 1887, 270 en 1931 et 360 en 1988.
    Référence documentaire :
    Enquête, par commune, sur le nombre des manufactures, usines ou ateliers à moteur mécanique (hydraulique ou à vapeur) et à feu continu, et sur le nombre des fabriques occupant vingt ouvriers au minimum . 1869 AD Marne : 186M 11. Enquête, par commune, sur le nombre des manufactures, usines ou ateliers à moteur mécanique (hydraulique ou à vapeur) et à feu continu, et sur le nombre des fabriques occupant Le Bronze industriel à Suippes. [S.d.] Le Bronze industriel à Suippes. [S.d.] 2 pages. Marne. Châlons-sur-Marne, 1873-1874 DENIS, A. Recherches historiques sur la petite ville de Suippes Reims et le pays rémois à l'exposition universelle, 1879 OGEE, P.-A. Reims et le pays rémois à l'exposition universelle. Reims : Imprimerie A. Lagarde, 1879. 227 pages. Les filatures et peignage Buirette-Gaulard Fils à Suippes, [s.d.] SCHAYE, Paul-Adrien. Les filatures et peignage Buirette-Gaulard Fils à Suippes. Paris, [s.d.]. In 4°, 16 p. (AD Marne : Chp 15843).
    Description :
    face à l'entrée. Un décor en brique et des pilastres semblant soutenir un fronton ont été appliqués à l'entrée de l'atelier de fabrication et donnent un air monumental à une usine dont le patron était puissant à Suippes. Les pignons donnant sur la rue sont en pierre meulière et percés de baies à arc
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Annexe :
    Extr. de : SCHAYE Paul-Adrien. Les filatures et peignage Buirette-Gaulard Fils à Suippes. Paris  : [S.d], p. 3-12 : 1914. VOICI L'ENNEMI Le 3 septembre 1914, les Allemands entraient à Suippes, et l'un leur apparut comme une excellente proie, et la maison du maire, M. Léon Buirette, comme un logement Marne. Ils allaient se terrer à Souain, à quelques kilomètres au nord dans les environs de la ferme Navarin. Mais avant de partir, en remerciement de l'hospitalité qu'il s'était offerte à lui-même, le prince allemand faisait mettre le feu à la maison du maire, et défendait, en la ''protégeant'' par sept cahute qui ne reçût l'atteinte du canon. Ils achevaient à courte distance leur oeuvre de destruction. Les et une grande usine qui ressemblait à toutes celles de la vallée de la Suippe, des fermes tordues était née, cette filature Buirette-Gaulard, en 1824. M. Buirette père l'avait transformée dès 1868. La rivière suffisait alors à lui donner sa force de 12 HP, mais les métiers les plus perfectionnés pour
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature de soie dite La Schappe, puis usine de produits chimiques dite Société rémoise de linoleum, actuellement usine d'éléments en matière plastique pour le bâtiment dite Forbo Sarlino
    Filature de soie dite La Schappe, puis usine de produits chimiques dite Société rémoise de linoleum, actuellement usine d'éléments en matière plastique pour le bâtiment dite Forbo Sarlino Reims - 63 rue Gosset rue Léon Faucher - en ville - Cadastre : 1974 BC 9 à 13, 322
    Historique :
    d'enquête) et y fabrique à cette date essentiellement des sols PVC (7 M de m2 par an), mais aussi des sols Sarlino déjà en place en 1988, lors de l'enquête initiale, a été créée en 1970 ; les productions de linoleum et remoleum ont été abandonnées depuis cette date au profit de produits plus élaborés, à base de à l'état solide. Forbo Sarlino est toujours en activité dans cette usine en 2013 (complément textiles (1,2 M de m2 par an). Les ateliers nord ont été reconstruits en 1995 ; les logements de contremaîtres ont été vendus à une société HLM. Destruction des séchoirs en béton après inventaire. L'usine emploie environ 600 ouvriers vers 1940, 280 à la fin des années 1980 et 370 en 2013. Existence d'un fonds
    Référence documentaire :
    Linoleum Sarlino (dépôt de benzine, 1939) ; S.A. Rémoise du Linoleum Sarlino (réservoir souterrain à Sarlino (réservoir souterrain à essence, 1936-1937). 1900 à 1978. La Vie en Champagne, n° 57, 2009 FIEROBE, Nicole. Une mutation réussie dans l'industrie textile : Sarlino, entreprise européenne rémoise de 1900 à 1978. La Vie en Champagne, n° 57, 2009, p. 46
    Description :
    Site desservi par embranchement ferroviaire et voie particulière. Le logement patronal à un étage , dont une partie du toit est en pavillon brisé et l'autre à longs pans brisés, possède une charpente en bois apparente. Le bâtiment des séchoirs, situé à l'est de celui des calandres, est élevé en parpaing de béton avec ossatures en béton. Le bâtiment le plus à l'est de celui de la production de remoleum , élevé en parpaings de béton, a un toit bombé surmonté d'un lanterneau car il est construit sur le modèle des hangars à dirigeable. Il abritait en 1988 la production de revêtement en colovinyl et abrite en . Le site a incorporé un nouvel espace au sud qui héberge une école de pose, ainsi qu'un nouveau bâtiment d'accueil face à l'entrée. Surface bâtie en m2 : 7000.
    Localisation :
    Reims - 63 rue Gosset rue Léon Faucher - en ville - Cadastre : 1974 BC 9 à 13, 322
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Annexe :
    de linoléum, 1924-1932) ; Société Anonyme Rémoise du Linoléum ''Sarlino'' (réservoir souterrain à 44 plans figurent dans cette liasse : - Un plan général de l'usine, éch. 0,002/m ; - Un plan des abords de l'usine dans un rayon de 250 m, éch. 0,001/m ; - Plan d'ensemble dit n° 2 ; - Une carte d'Etat . Bâtiment 7 : - Imprimerie. Bâtiment 8 : - Plan, façade et coupe du bâtiment des réservoirs à huile  ; - Charpente métallique. Bâtiment 9 : - Cuisine à huile : plan, façade et coupe. Bâtiment 11 : - Maison à ciment : plan, façade et coupe. Bâtiment 12 : - Maison et moulin à liège : plan, façade et coupe
    Illustration :
    Sarlino. Maison à ciment. 1 : 100. 1 plan : en coul. (AD Marne : 31 X 400) IVR21_19925100410X [Machine à enlever les poils de la toile de jute]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection [Calandre à linoléum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Bas de la calandre à linoléum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Bas de la calandre à linoléum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Imprimeuse à rémoleum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Imprimeuse à rémoleum]. [vers 1960]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière Maison patronale (A) IVR21_20145101927NUCA Machine Gemran à découper la pâte IVR21_19925100181X Bâtiment à calandres vu depuis le sud-est IVR21_19885101065Z
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à longs pans brisés
  • Filature Ternaux, puis Montagnac
    Filature Ternaux, puis Montagnac Rubécourt-et-Lamécourt - Lamécourt - en écart - Cadastre : 2008 AD 38
    Historique :
    du même nom à Sedan. Elle s'implante peutêtre sur le site d'une usine métallurgique. En 1858, les Montagnac en deviennent propriétaires. En 1952 ou 1953, l'activité est regroupée à Sedan, ce qui entraîne l'arrêt définitif de la production à Lamécourt. Les bâtiments de production sont actuellement occupés par
    Observation :
    2 usines voisines appartenant à M. de Montagnac, 1862-65 [...] plainte de Lamotte, propriétaire de Filature de Lamécourt sur ruisseau de Rubécourt : M. de Montagnac, 1858-60 ; réunion des chutes de la filature du Rule au sujet de la retenue des eaux par M. de Montagnac, propriétaire de filature de
    Description :
    Le coeur du site est constitué de deux vaisseaux en moellon calcaire surmontés de shed à charpente en béton armé et de deux autres, ajoutées à l'est, en brique et toiture à deux pans à charpente en
    Illustration :
    Le transformateur, situé à l'ouest du site. IVR21_20090803497NUCA Façade d'un bâtiment situé à l'est du site. IVR21_20090803500NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature de coton Douine, puis Touron S.A., puis usine de bonneterie Fra-For S.A
    Filature de coton Douine, puis Touron S.A., puis usine de bonneterie Fra-For S.A Troyes - 1 cours Jacquin - en ville - Cadastre : 1838 A 1148 à 1152, 1185 à 1189 1983 AD 124, 366
    Historique :
    Charles Douine fait construire une filature de coton vers 1855 à l'emplacement d'un moulin dont il ne subsiste rien. Il possède une seconde usine rue Simart, à proximité, de la première, mais qui a ), le site est désaffecté et en attente d'une prochaine destination. Un permis de construire a été
    Référence documentaire :
    Etablissements insalubres. Divers AD Aube : M 1338 B. Etablissements insalubres. Divers. A trier Aube : M 1322. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1881  : M 1326. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1894. Section A Cadastre. Troyes, 1838 AD Aube : 3P 7298. Cadastre. Troyes, section A. 1838. p. 27-28 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p.
    Description :
    Bâtiment d'eau à deux étages carrés en pans de fer hourdés de briques, couvert d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques. L'atelier de fabrication à deux étages carrés situé à l'ouest de l'ensemble a un rez-de-chaussée en moellons et briques en encadrement de baies et chaînes d'angle ; son second étage est bardé de tôle et le toit à longs pans qui le couvre est en matériau synthétique. L'entrepôt industriel et l'atelier de fabrication, avec charpente en bois apparente, situés à l'est, sont en rez-de
    Localisation :
    Troyes - 1 cours Jacquin - en ville - Cadastre : 1838 A 1148 à 1152, 1185 à 1189 1983 AD 124, 366
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature Berthélémy, puis usine de bonneterie Les Tricoteries de l'Abbaye, actuellement usine d'articles en matière plastique SOCOTEP et collège
    Filature Berthélémy, puis usine de bonneterie Les Tricoteries de l'Abbaye, actuellement usine d'articles en matière plastique SOCOTEP et collège Signy-l'Abbaye - rue de l'Abbaye - en ville - Cadastre : 1983 BE 175
    Historique :
    La filature fondée au milieu du 19e siècle par M. Berthélémy- Delvigne est vendue après la Première Guerre mondiale à P. Saucourt-Harmel, bonnetier troyen (Aube), pour devenir Les Tricoteries de l'Abbaye l'usine par une extension à proximité avec la constructions d'ateliers de fabrication, probablement dans personnes en 1957 et 30 ouvriers travaillent actuellement à la SOCOTEP.
    Observation :
    Cinq filatures de Signy l´abbaye : rapports proposant d´autoriser Barthélémy-Delvigne à effectuer
    Référence documentaire :
    M. Jacques Saunier, préfet des Ardennes a visité les principales entreprises de Signy-l'Abbaye
    Description :
    A l'entrée du site se trouve la conciergerie, maison sur un étage carré en brique et toit à longs pans en charpente en bois apparente couverte de tuiles mécaniques. En vis à vis, les bureaux en rez-de -chaussée sont élevés sur le même mode de construction. Les petits entrepôts situés à gauche en entrant ont des murs en pan de bois à remplissage en briques et des sheds couverts de tuiles mécaniques. Les à ces derniers, l'extension du troisième quart du 20e siècle, bâtie en parpaing de béton et
    Illustration :
    remplacés par le collège. La maison de maître est à l'arrière plan. [n.d.]. 1 carte postale Usine de bonneterie Les Tricoteries de l'Abbaye de Signy-l'Abbaye : vue aérienne (au centre à Vue du site depuis la route : à gauche la conciergerie et à droite les bâtiments de la bonneterie Harmel ; à l'arrière plan , le collège qui a remplacé la filature. IVR21_20090804767NUCA Vue panoramique des bâtiments de la bonneterie Harmel : à droite l'atelier de production, au centre les bureaux, au fond et à gauche, des entrepôts. IVR21_20090804768NUCA Entrepôts, à gauche en entrant dans le site. IVR21_20090804769NUCA Conciergerie à l'entrée à droite. IVR21_20090804770NUCA Vue des ateliers depuis l'est ; à droite l'agrandissement des années 1950-60. IVR21_20090804771NUCA Maison de maître de la filature Berthelémy située à proximité et au nord du site ; actuellement
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature Jules Monjot, puis usine liée au travail du bois Pommelet, puis Masson, puis Usines du Liénaux, puis Donnay Trois Set, actuellement pépinière d'entreprise
    Filature Jules Monjot, puis usine liée au travail du bois Pommelet, puis Masson, puis Usines du Liénaux, puis Donnay Trois Set, actuellement pépinière d'entreprise Signy-l'Abbaye - le Pré l'Abbé - route de Rocroi - en village - Cadastre : 1983 BE 2, 4, 246 à 249, 275 à 276
    Historique :
    en 1930 à M. Pommelet qui la convertit en fabrique de sabots et de semelles en bois. Elle est à nouveau vendue après la Seconde Guerre mondiale à M. Masson qui la transforme en scierie et la cède en la scierie Masson, une construction a remplacé la salle des chaudières et une autre a été élevée derrière les bâtiments de la filature. Donnay a également construit des bâtiments face à cet ensemble. Le fournie en énergie par une chaudière qui alimentait une machine à vapeur. La fabrique de sabots emploie
    Observation :
    SA métallurgique d'aubrives & villerupt, à signy l'abbaye ; fabrique de sabot, semelles en bois
    Description :
    brique avec toitures à longs pans à charpente en bois apparente couverts d'ardoise. En vis-à-vis, se . A chaque extrémité et au revers sont situés trois entrepôts ou ateliers de fabrication construits en parpaing de béton ou briques creuses. Les toitures en ciment amiante ou tôle ondulée sont à longs pans et
    Localisation :
    Signy-l'Abbaye - le Pré l'Abbé - route de Rocroi - en village - Cadastre : 1983 BE 2, 4, 246 à 249 , 275 à 276
    Illustration :
    Des bâtiments de production de la filature (à droite) et la grande cheminée accolée à la salle des La filature depuis le fond de l'usine (à droite un bâtiment de la période Donnay Vue du bâtiment Donnay qui a remplacé la salle de la chaudière et du transformateur (à gauche Entrepôt et logement du concierge à l'entrée du site. IVR21_20090804746NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature de laine peignée Marteau Frères, puis usine de construction automobile Panhard et Levassor, puis Citroën, actuellement magasins de commerce et bureaux
    Filature de laine peignée Marteau Frères, puis usine de construction automobile Panhard et Levassor, puis Citroën, actuellement magasins de commerce et bureaux Reims - 83 rue Ernest Renan - en ville - Cadastre : 1974 AR 409
    Historique :
    occupée à partir de 1903-1904 par la S.A. Panhard Levassor. Très endommagée pendant la Première Guerre trouve désaffecté. Des magasins de commerce se sont installés à l'emplacement du parc de stationnement , de l'ancien bureau et de l'atelier de réparation. Une partie de l'atelier de fabrication a été transformée en bureaux. Peu avant 1880, la filature comporte une machine à vapeur système Corliss, environ 1000 broches en peigné et 3000 broches de métiers continus à retordre. Existence d'un fonds d'archives
    Description :
    à l'atelier de fabrication qui leur est accolé. La surveillance est ainsi favorisée. La majeure
    Illustration :
    [Tours à vilebrequins]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière) IVR21_19915100992X [Outillage général dirigé par M. Thibault]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Atelier des cylindres dirigé par M. Delmès]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Atelier des gros fours dirigé par M. Cuirs]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Atelier des meules dirigé par M. Léoru]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière [Atelier dirigé par M. Pasquier]. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine textile Legros-Guimbert, puis filature et tissage de laine dite Usine de la Providence, puis Nouvion-Jacquet, puis usine de bonneterie, puis hangar
    Usine textile Legros-Guimbert, puis filature et tissage de laine dite Usine de la Providence, puis Nouvion-Jacquet, puis usine de bonneterie, puis hangar Pontfaverger-Moronvilliers - rue de Bétheniville - en village - Cadastre : 1974 AD 189, 190, 220 à 225, 227, 228, 239, 240, 261 à 263, 280, 281, 291, 405 à 410
    Historique :
    Legros-Guimbert fait construire au cours du troisième quart du 19e siècle, à l'emplacement de achètent l'usine à la suite du décès de Legros-Guimbert, survenu en 1892. Les ateliers sont en grande détruits. Pas d'autre modification de l'ensemble. En 1865, l'usine abrite 3200 broches et 120 métiers à tisser mécaniques. A la fin du 19e siècle, l'usine est munie d'une force hydraulique de 35 chevaux et
    Référence documentaire :
    de broches à filer et de filateurs en coton, en 1827-1828. Protection du marché des laines. 1816-1822 -1820, etc.). Nombre de broches à filer et de filateurs en coton, en 1827-1828. Protection du marché des (réservoir souterrain à essence, 1925-1928) AD Marne : 31X 341. Logements insalubres, établissements insalubres, dangereux ou incommodes. Pontfaverger. Nouvion (réservoir souterrain à essence, 1925-1928). p. 89-118 L'occupation de Pontfaverger en 1914. La bataille de la Marne, 1985 BOURDETTE, J.-M CHALETTE, M. Statistique historique et administrative du canton de Beine. Annuaire de la Marne, 1840, p. 21 p. 22-24 Regard sur un siècle de vie économique à Reims (1855-1955), 1991 HUBERT, Michel, PERNET , Jacques. Regard sur un siècle de vie économique à Reims (1855-1955). Reims : Atelier graphique, 1991. 239
    Localisation :
    Pontfaverger-Moronvilliers - rue de Bétheniville - en village - Cadastre : 1974 AD 189, 190, 220 à 225, 227, 228, 239, 240, 261 à 263, 280, 281, 291, 405 à 410
    Illustration :
    Pont-Faverger - Usine de la Providence / Editeur A. Lombard, [1er quart 20e siècle]. 1 impr
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature Noiret, puis Martin-Guillemin, actuellement usine d'emballage et conditionnement Smurfit Kappa
    Filature Noiret, puis Martin-Guillemin, actuellement usine d'emballage et conditionnement Smurfit Kappa Rethel - 1 rue Hippolyte-Noiret rue Henri-Guillemin rue Sacrée rue d'Angoulême - en ville - Cadastre : 1989 AI 113 à 118, 146, 149
    Historique :
    , Noiret fait élever une crèche par l'architecte Couty face à son usine. A la mort de Noiret en 1912 le fils de M. Martin, René et son gendre Henri Guillemin. Cette même année l'usine Martin-Guillemin qui produisent des caisses d'emballage agrafées. Le matériel se compose d'une machine à onduler moderne Blondel de 1,60 m de largeur ; deux slotters imprimeurs et une douzaine de piqueuses dont une de six halles à structure métallique est construite. L'usine est achetée par Smurfit Socar en 2005
    Observation :
    F12 11202 : Martin-Guillemin, usine à Rethel ; maison ayant conservé une structure familiale  ; ancienne filature de laine peignée, l'entreprise a été convertie après la dernière guerre en fabrique de 1960. Bâtiments et matériel sont neufs. Le matériel se compose d'une machine à onduler moderne Blondel de 1,60 m de largeur ; deux slotters imprimeurs et une douzaine de piqueuses dont une automatique . Cette maison a obtenu l'oscar de la productivité. Dans le cadre de l'emprunt Champex, l'entreprise souhaite augmenter la machine à onduler, agrandir les magasins de stockage, acheter un combiné, refaire les chaudières, seul élément vétuste de l'entreprise, etc. Le nombre de personnel devrait passer de 85 à 180 . Elle se trouve 1 rue Hippolyte Noiret à Rethel ; SA depuis 1958 ; Avis favorable du Service des
    Description :
    Les ateliers de fabrication en brique terminés en 1914 sont à étage carré et à étage de comble  ; ils sont couverts de trois shed à charpente métallique. Les bâtiments construits en 1969 sont en pan étaient en rez-de-chaussée et construites sur le même modèle mais leur volume intérieur a été divisé. A l'angle des rues Noiret et Guillemin, des bureaux à étage carré et de comble ont été construits en moellon calcaire avec des toits à deux pans couverts d'ardoise. De l'autre côté de la rue Noiret, la crèche est soubassements : l'un est à étage carré et de comble avec un toit en pavillon et le second à étage carré et toit à longs pans. A proximité de l'usine, la cité ouvrière et les logements de contremaître sont bâtis en brique et à étage carré.
    Localisation :
    - Cadastre : 1989 AI 113 à 118, 146, 149
    Illustration :
    Les bureaux à l'angle des rues Noiret et Guillemin IVR21_20090805491NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Filature de coton Huot, puis Société troyenne de filature, puis Société troyenne de teinture, puis magasin de commerce, actuellement campus universitaire
    Filature de coton Huot, puis Société troyenne de filature, puis Société troyenne de teinture, puis magasin de commerce, actuellement campus universitaire Troyes - 6 rue de la Ganguerie - en ville - Cadastre : 1983 AW 144 à 146
    Historique :
    Charles Huot établit sous le Second Empire une filature de coton à l'emplacement du moulin de occupe les bâtiments à partir de la Seconde Guerre mondiale. Cessation d'activité durant le troisième lors de l'enquête initiale de 1998. Le site a été depuis entièrement détruit pour laisser place à un
    Référence documentaire :
    Aube : M 1323. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1883 p. 45 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p.
    Description :
    Description en 1998 (avant destruction) : Les bureaux à un étage carré, avec soubassement en moellons, élévation en pisé enduit, couverts d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques, ont également pu servir de logement. Atelier de fabrication à un étage carré élevé en pans de bois, couvert d'un toit à
    Localisation :
    Troyes - 6 rue de la Ganguerie - en ville - Cadastre : 1983 AW 144 à 146
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Fabrique de métiers pour bonneterie, filature de coton et usine de bonneterie des frères Poron, puis Poron frères, fils et Mortier, puis Poron S.A., puis Absorba-Poron, actuellement hôtels
    Fabrique de métiers pour bonneterie, filature de coton et usine de bonneterie des frères Poron, puis Poron frères, fils et Mortier, puis Poron S.A., puis Absorba-Poron, actuellement hôtels Troyes - 11 rue des Bas-Trévois - en ville - Cadastre : 1983 CE 271
    Historique :
    -Trévois, à laquelle ils ajoutent une filature de coton cardé vers 1872 (qui comptera 8000 broches 6 ans plus tard), puis une usine de bonneterie vers 1880. Léon, Henri et Jules Poron, associés à leur neveu . La fabrication de métiers du système Paget a lieu jusqu'en 1915, mais d'autres types de métiers à site de la rue des Bas-Trévois ferme ses portes vers 1990, procédant à de nombreuses destructions de portes en 2000), et a vu l'ouverture de la rue Camille Claudel. Vers 1880, la société Poron possède une école et une cité ouvrière à proximité immédiate des usines, la cité Poron, consistant en 8 habitations
    Référence documentaire :
    Aube : M 1322. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1881 p. 32-33 400e anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition, Musée de la Bonneterie p. 27-28 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p. p. 18 Les établissements de la bonneterie à Troyes (1870-1914). Un patrimoine industriel à sauvegarder, 1996 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de la bonneterie à Troyes (1870-1914). Un patrimoine industriel à sauvegarder. La Vie en Champagne, avril-juin 1996, n° 6 [nouvelle série], p. 15-21. Historique et descriptif des activités de l'établissement Poron à Troyes, [s.d.] PORON S.A . Historique et descriptif des activités de l'établissement Poron à Troyes, [s.d.]. Reproduit dans le dossier
    Description :
     : il s'agit de deux ateliers symétriques, dont l'un a un étage de soubassement et deux étages carrés et conciergeries à un étage carré, élevées en brique, et couvertes d'un toit à longs pans avec croupes en ardoise . A l'ouest se trouve une salle des machines en rez-de-chaussée en brique, couverte d'un toit à longs
    Annexe :
    consacrée au négoce de bonneterie en gros et installée à Troyes, 132, rue Notre-Dame (l'actuelle rue Emile -Zola). A cette époque, ce négoce consistait à vendre aux nombreux artisans installés dans les environs métiers à main, et à acheter les produits ainsi réalisés pour les proposer à la clientèle des grossistes . Peu à peu d'ailleurs, tous ces artisans devinrent des façonniers et la maison Poron se chargea de la à leur activité de bonnetiers en gros la construction de matériel de bonneterie, d'abord en important, en 1856, de nouveaux métiers à bas fabriqués en Angleterre, puis en les construisant eux-mêmes et neveu Auguste Mortier à leur affaire et formèrent ensemble la société en nom collectif Poron Frères Fils et Mortier. Ils donnèrent alors un grand développement à la maison, en particulier dans la reprend à son compte la fonderie et Auguste Mortier quitte la société qui se continue à partir de ce en Société à Responsabilité limitée en 1926 et de nouveau en Société anonyme en février 1957.
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature et tissage Garnier-Carnot, puis papeterie, puis usine de caoutchouc Promel-Brunella
    Filature et tissage Garnier-Carnot, puis papeterie, puis usine de caoutchouc Promel-Brunella Pontfaverger-Moronvilliers - 2 rue de Selles - en village - Cadastre : 1974 AC 269, 283, 288 à 291
    Historique :
    servi à une papeterie, puis à une usine de récupération du caoutchouc depuis une dizaine d'années. Lors du complément d'enquête, en 2013, l'usine est toujours en activité. La conciergerie a été transformée à vapeur est placée dans l'usine vers 1841-1842. A sa création, l'usine emploie 15 ouvriers.
    Référence documentaire :
    (réservoir souterrain à essence, 1925-1928) AD Marne : 31X 341. Logements insalubres, établissements insalubres, dangereux ou incommodes. Pontfaverger. Nouvion (réservoir souterrain à essence, 1925-1928). L'occupation de Pontfaverger en 1914. In La bataille de la Marne. Reims, 1985 BONADETTE, J.-M
    Localisation :
    Pontfaverger-Moronvilliers - 2 rue de Selles - en village - Cadastre : 1974 AC 269, 283, 288 à 291
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature de coton Dupont-Poulet, puis usine de bonneterie Régley, actuellement maison, logements et bureaux
    Filature de coton Dupont-Poulet, puis usine de bonneterie Régley, actuellement maison, logements et bureaux Troyes - 23 rue Jeanne d'Arc 19 rue de la Tour Boileau - en ville - Cadastre : 1983 CI 174, 286
    Historique :
    laisser la place à une maison d'habitation, trouvée lors de l'enquête initiale en 1998. En 2013
    Référence documentaire :
     : M 1327. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1900.
    Description :
    ardoise ; deux ailes symétriques couvertes d'un toit en terrasse en béton ont été ajoutées à ce logement . Atelier de fabrication composé d'une halle en rez-de-chaussée couverte d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques. Une petite partie de l'atelier de fabrication a été détruite pour agrandir le parking privé. Pas
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Les filatures de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Les filatures de l'Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
    Historique :
    L'enquête a recensé 60 filatures, dont 31 ont été sélectionnées pour l'étude. Leur localisation à Sedan même, - dans l'ouest du département, le long de la vallée de la Vaux, - Le Rethelois. La est le plus ancien, c'est également celui dont l'activité a perduré le plus tardivement (3e quart 20e siècle). La période d'activité des usines de la vallée de la Vaux n'a par contre pas dépassée la Première Guerre mondiale. Les premières filatures mécanisées apparaissent à la suite de celles d'Angecourt et de utilisaient directement l'énergie hydraulique et très vite la vapeur (Lainé à Rethel), puis l'électricité ) en sont les meilleurs exemples. A la fin du 19e siècle, les filatures se développent en surface et non en hauteur, à l'exemple d'Hannogne-Saint-Martin où la filature primitive qui brûle est reconstruite avec des bâtiments à shed en rez-de-chaussée. Sur la fin du 19e siècle, alors que le tissage est sont créés de toute pièce (usine de l'espérance à Floing).
    Description :
    âge. Plus tardivement, des filatures se développent à La Ferté-sur-Chiers, Lamécourt ou encore Saint considérable. Les sites de Thélonne, et surtout Pont-Maugis conservent de grands magasins à laine, dont le
    Annexe :
    Ardennes, 7S 26 : 6, Filature de St Albert, à M. Delhotel, 1869. Moulin indiqué sur carte d'état-major 1880 ordonnance de 1827, 1824 ; lettre de M. de Neuflize au préfet des Ardennes, 1832. Non retenu : ne reste rien fonds de l'OCRPI période 1940-1949 : Lienard-Reul, filature de laine cardée à Autrecourt et Pourron . Bergnicourt, Moulin à blé et filature Dieudonné et Durant, puis Baras : AD Ardennes, 7S 184 : usines sur la Retourne : travaux exécutés pour ajouter une filature au moulin à blé de Dieudonné et Durant, 1841-44 ., assez bon. Bâtiment rectangulaire en moellon de la fin du 19e siècle dont la toiture a été remplacée par en 1889 . La filature a précédé les activités métallurgiques. Activité maintenant cessée et transférée à Bazeilles (usine de l'Hamayde). Correspond au site du château (la rue des Poêliers y mène). Des -1854 ; aliénation à la ville de Mouzon en 1891. L'actuel quartier de la Fourberie (emplacement de la : Actuellement entreprise Arden-Frigor. Info mairie : a comporté jusqu'à 1200 ouvriers. Détruite par un incendie
    Illustration :
    La Moncelle, Ancienne filature, puis usine métallurgique (?), ateliers à proximité (même rue
1