Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine de décolletage de la Société des brevets d'Halloy, puis robinetterie et fonderie usine métallurgique des Ateliers et Fonderies Strube et Chatel, actuellement usine de menuiserie Gervais
    Usine de décolletage de la Société des brevets d'Halloy, puis robinetterie et fonderie usine métallurgique des Ateliers et Fonderies Strube et Chatel, actuellement usine de menuiserie Gervais Rethel - chemin de la Comtesse - en village - Cadastre : 1989 AM 423, 424
    Historique :
    , est fondée dans le premier tiers du 20e siècle. Les bâtiments, inoccupés depuis 1933, sont achetés en 1956 par les Ateliers et Fonderies Strube et Chatel spécialisés dans la robinetterie industrielle et la
    Observation :
    Strube et Chatel, décentralisation de l'usine de Montrouge à Rethel dans une usine désaffectée . 1957, demande de prêt pour Ateliers et Fonderies Strube & Chatel. procédés Jansen, SA : fonderie de bronze, robinetterie. Cette société est issue de la fusion en 1930 entre Strube et Chatel. Elle est passée en 1955 sous le contrôle financier de la firme sarroise Th. Jansen ; vétusté de l'entreprise de , 19 logements pour le personnel La Société envisage de construire un hall métallique de 110 m x 37 m
    Description :
    Le site était desservi par un embranchement ferroviaire. Les cinq bâtiments de production sont
    Titre courant :
    métallurgique des Ateliers et Fonderies Strube et Chatel, actuellement usine de menuiserie Gervais
    Appellations :
    Chatel, actuellement usine de menuiserie Gervais
    Illustration :
    Vue du site depuis le nord-est : à gauche la partie fonderie de bronze à l'époque de Jansen Le grand atelier depuis le nord-est IVR21_20090804894NUCA Le grand atelier depuis le nord IVR21_20090804895NUCA
  • Haut fourneau, puis fonderie dite S.A.R.L. H. Viry, puis S.A.R.L. Fonderies du Vallage
    Haut fourneau, puis fonderie dite S.A.R.L. H. Viry, puis S.A.R.L. Fonderies du Vallage Chevillon - le Fourneau - isolé - Cadastre : 1846 F 452 à 457 1986 AE 37
    Historique :
    de forges à Bayard, est propriétaire de l'usine vers 1880 ; location à Châtel en 1884. Viry est en 1841 ; un contrat de location de 1884 note que le haut fourneau porte au sommet, sous le cordon
    Localisation :
    Chevillon - le Fourneau - isolé - Cadastre : 1846 F 452 à 457 1986 AE 37
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le nord-est IVR21_19895201275Z Ateliers de fabrication vus depuis le nord-est IVR21_19895201276Z Logement patronal vu depuis le nord IVR21_19895201274Z
  • Haut fourneau, fonderie (fonderie d'ornement) Barbezat et Cie, puis S.A. des Hauts Fourneaux et Fonderies d'art du Val d'Osne, puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale d'Hydraulique et de Mécanique
    Haut fourneau, fonderie (fonderie d'ornement) Barbezat et Cie, puis S.A. des Hauts Fourneaux et Fonderies d'art du Val d'Osne, puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale d'Hydraulique et de Mécanique Osne-le-Val - Val-d'Osne - isolé - Cadastre : 1846 A 2623 à 2654 1988 AB 14, 20, 26, 30, 32 à 89, 95
    Historique :
    sablerie. En 1878, la Société anonyme des Hauts Fourneaux et Fonderies d'art du Val d'Osne remporte le
    Référence documentaire :
    Osne-le-Val. Moulins et usines AD Haute-Marne : 130S 163. Osne-le-Val. Moulins et usines. Osne-le-Val. Moulins et usines AD Haute-Marne : 130S 169. Osne-le-Val. Moulins et usines. p. 255-266 Notices sur Osnes le Val et le prieuré du Val d'Osne. Mémoires de la Société des -1912 MARECHA, Hubert (abbé). Notices sur Osnes le Val et le prieuré du Val d'Osne. Mémoires de la p. 99 Pour un musée des modèles. In ASSOCIATION POUR LE PATRIMOINE INDUSTRIEL DE CHAMPAGNE-ARDENNE un musée des modèles. In ASSOCIATION POUR LE PATRIMOINE INDUSTRIEL DE CHAMPAGNE-ARDENNE, DOREL-FERRE
    Localisation :
    Osne-le-Val - Val-d'Osne - isolé - Cadastre : 1846 A 2623 à 2654 1988 AB 14, 20, 26, 30, 32 à 89
    Annexe :
    Notice sur le Val d'Osne vers 1975 (source : G.H.M., Wassy) G.H.M. - USINE DU VAL D'OSNE Directeur importantes : -le matériel hydraulique avec réalisation de robinets-vannes, ventouses de dégazage, bouches de HISTORIQUE 1700 : Le prieuré du Val d'Osne prend le chemin de Charenton. Les bénédictines abandonnent un site qu'elles occupaient depuis 560 ans. 1791 : Achat du prieuré par Louis Reynault le Jeune , René Guillemin, Claude Demogeot, Cyriaque Chutin et Joseph Chutin. 1800 : Le curé d'Osnes, Le Gendre , cède le couvent à J.-B. Cyriaque Martin. 1834 : Le 11 octobre, Jean-Pierre-Victor André acquiert le prieuré de Madame Pioult, veuve de Martin. La chapelle, le couvent, les cellules et le réfectoire pressoirs, les moulins et viviers. Le 20 octobre, J.-P.-V. André demande l'autorisation d'établir un haut fonderie du Val d'Osnes", sous la raison sociale "Barbezat et Cie" l'usine du Val d'Osne ainsi que le bocard de Chatonrupt, le bocard à mines de Maizières et un tiers du bocard de Thonnance-les-Joinville
    Illustration :
    [Extrait du plan cadastral d'] Osne-le-Val. Section A10 dite du Chênoy. 1 : 1000. 1846. 1 plan : en Osne-le-Val - Le Barrage du Moulin / Atelier Dumas-Vorzet éditeur, [1er quart 20e siècle]. 1 impr Osne-le-Val - Entrée des Usines du Val-d'Osne / Atelier Dumas-Vorzet éditeur, [1er quart 20e siècle Entrée de l'usine, vue depuis le nord-ouest IVR21_19925200003X Entrée de l'usine, vue depuis le nord-ouest. Chapelle au premier plan et logements d'ouvriers Ateliers de fabrication vus depuis le nord-est IVR21_19895200442Z Vue extérieure de logements d'ouvriers et anciens magasins à sable, depuis le nord-est Vue extérieure de logements d'ouvriers et du contremaître depuis le nord-est IVR21_19925200014X La cité Barbezat vue depuis le sud-ouest. Au premier plan, WC IVR21_19895200384Z Logements d'ouvriers édifiés en 1866 vus depuis le sud IVR21_19895200451Z
  • Fonderies
    Fonderies
    Historique :
    Givet, Lacroix à Deville et Strube et Chatel à Rethel). Aujourd'hui, le secteur a perdu un grand nombre dans le nord des deux départements. Dans les Ardennes, cette explication vaut pour quelques foyers secondaires dans le Sedanais (Vrigne-aux-Bois, Vivier-au-Court, Haraucourt, Margut), sur le plateau de Rocroi (Rocroi, Bourg-Fidèle et Les Mazures) et également pour le secteur phare de la vallée de la Meuse entre ). La place importante des Ardennes dans le corpus champardennais des fonderies reflète bien son activité de la branche métallurgique. La fonte moulée (première fusion) a été pratiquée dès le 16e siècle chaque conflit notamment entre 1790 et 1815 (Dommartin-le-Franc en Haute-Marne, Vendresse et Boutancourt passe à 70 en 1867 puis à 130 vers 1900). Mais également les crises qui secouent le milieu métallurgique fourneaux modernisés, se dirige vers les produits finis comme le fil de fer, les essieux, les chaînes ou la en Haute-Marne ce qui représente le quart de la production de fonte du département. La seconde option
    Description :
    installée sur le site de forges remontant au 16e siècle). A partir du milieu du 19e siècle, les fonderies construites le long de la Meuse et à proximité immédiate des voies de chemin de fer). La morphologie des moules au moyen de pont roulant (Porcher ou Arthur Martin) tandis que le montage correspondait plus entièrement en béton armé, avec voûte Caquot. Le bâtiment de montage des appareils de chauffage de l'usine unités de production, dont les moyens étaient nécessairement plus limités pour le renouvellement du bâti , on retrouve encore le noyau originel au milieu des ajouts successifs : pour l'usine Lacroix à Deville creuse, soubassement est en parpaing de béton et charpente métallique, et le dernier agrandissement de Calvaire à Deville pour l'usine Gustin). Le logement patronal, lui aussi de taille raisonnable peut être 1894 avec des briques de laitier de l'usine, une école, un hôtel de voyageurs. A Osne-le-Val, l'usine
1