Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Haut fourneau, fonderie (fonderie d'ornement) Barbezat et Cie, puis S.A. des Hauts Fourneaux et Fonderies d'art du Val d'Osne, puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale d'Hydraulique et de Mécanique
    Haut fourneau, fonderie (fonderie d'ornement) Barbezat et Cie, puis S.A. des Hauts Fourneaux et Fonderies d'art du Val d'Osne, puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale d'Hydraulique et de Mécanique Osne-le-Val - Val-d'Osne - isolé - Cadastre : 1846 A 2623 à 2654 1988 AB 14, 20, 26, 30, 32 à 89, 95
    Historique :
    Jean-Pierre Victor André, régisseur des forges de Brousseval (IA52070417) et de Thonnance-lès ciselerie râperie (atelier de modelage 7) avec cadran solaire porte la date de 1844. Gustave Barbezat alors agrandi : démolition et reconstruction de logements d'ouvriers vers 1859, nouvel atelier édifié en grand prix de l'Exposition universelle de Paris. En 1931, l'établissement du Val d'Osne est racheté par la société Durenne de Sommevoire ; la raison sociale devient Société anonyme des établissements métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne (devenue G.H.M., Générale d'Hydraulique et de Mécanique, en 1971 . Production en 1837 : 900 tonnes de fonte ; spécialité depuis la création : fonte d'ornement ; en 1841 autorisation d'installer deux machines à vapeur ; cinq Wilkinson mentionnés en 1860 ; ateliers d'ajustage, de moulage et moulin à noir et à sable actionnés en 1895 par trois roues à augets de 2,50 m de diamètre. 1839  : 70 hommes et 25 enfants, 1849 : 169 personnes, 1883 : 253 personnes. Création d'une caisse de
    Hydrographies :
    dérivation du ruisseau de l' Osne
    Parties constituantes non étudiées :
    pièce de stockage du combustible atelier de fabrication logement de contremaître
    Référence documentaire :
    Vol. 1583, art. 17 Archives du Service des hypothèques de Saint-Dizier Archives du Service des hypothèques de Saint-Dizier. Vol. 1583, art. 17. Lettres, des Sciences, des Arts, de l'Agriculture et de l'Industrie de Saint-Dizier, t. XIII, années 1911 Société des Lettres, des Sciences, des Arts, de l'Agriculture et de l'Industrie de Saint-Dizier, t. XIII Rapports des inspecteurs sur la loi de 1841. Ille-et-Vilaine à Mayenne. 1841-1866 AN : F12 4711 . Rapports des inspecteurs sur la loi de 1841. Ille-et-Vilaine à Mayenne. 1841-1866. Statistique sommaire des industries principales. Salaires des ouvriers de la grande industrie AD Haute-Marne : 167M 17. Statistique sommaire des industries principales. Salaires des ouvriers de la Rapports sur la situation industrielle et commerciale de l'arrondissement de Wassy. 1831-1886 AD Haute-Marne : 269M 2. Rapports sur la situation industrielle et commerciale de l'arrondissement de Wassy
    Éléments remarquables :
    machine de production
    Murs :
    pan de fer parpaing de béton
    Description :
    Atelier (n° 1) en rez-de-chaussée ; logements d'ouvriers (n° 25 et 26) à 3 étages carrés. Plusieurs ensembles de construction sont trouvés rasés en 2013 (complément d'enquête).
    Titre courant :
    d'Hydraulique et de Mécanique
    Appellations :
    , puis S.A. des Ets Métallurgiques A. Durenne et du Val d'Osne, puis Générale d'Hydraulique et de
    Annexe :
    prieuré de Madame Pioult, veuve de Martin. La chapelle, le couvent, les cellules et le réfectoire d'ornement - statues, motifs divers tels que grilles de station de métro, vasques pour jardins. Elle a Cartier (hauteur 2,60 m) pour Saint-Malo -Monument Marguerite d'Anjou (hauteur 3,20 m) Ville d'Angers -Monument Vasques de Londres (Fontaine géante) -Monument statues de Cascades du Trocadéro à Paris -Monument Vierge de Rome pour la République du Chili (hauteur 12 m). Cette activité a complètement disparu mais l'usine a gardé ce noyau de main-d'oeuvre très experte en fonderie et que l'on retrouve principalement à l'échelon Maitrise. De ce fait, l'usine a pu entreprendre des fabrications réputées difficiles, telles que les pièces pour l'automobile, les corps de pompes à volute de toute taille et les carcasses de moteurs locale, produit 220 T de fonte brute et 130 T de fonte hydraulique sous forme d'appareils. Sa situation géographique est excellente, puisque située dans une vallée très industrielle, la vallée de la Marne. Ce type
    Illustration :
    Plan de site, état en 2013 IVR21_20145202192NUDA Plan de site, état en 1989 IVR21_20145202375NUDA Plan de l'usine. 18[?]5. 1 plan : en noir (AD Haute-Marne : 130S 163) IVR21_19895201669X Usine du Val d'Osne. Plan de situation. 1 plan : en noir (Collection particulière : Etilam-Gravigny des Mines, Paris). Extr. de : Mémoire n° 916 / Curières de Castelnau, 1872 IVR21_19965200040X [Plan de situation]. 1 plan : en noir IVR21_19905200045P Logement de contremaître et d'ouvrier, vue nord-ouest IVR21_20145202062NUCA Rue principale de l'usine, bureaux et magasins IVR21_20145202063NUCA Entrée de l'usine, vue depuis le nord-ouest IVR21_19925200003X Entrée de l'usine, vue depuis le nord-ouest. Chapelle au premier plan et logements d'ouvriers
  • Affinerie, haut fourneau, puis usine de produits chimiques dite S.A. Haut-Marnaise de Carbonisation et de Produits Chimiques, puis atelier de marbrerie
    Affinerie, haut fourneau, puis usine de produits chimiques dite S.A. Haut-Marnaise de Carbonisation et de Produits Chimiques, puis atelier de marbrerie Montot-sur-Rognon - route de Signéville - isolé - Cadastre : 1831 B 1382 à 1387 1972 ZH 77
    Historique :
     ; appartient à Pigorot de 1845 à 1862. Godart acquiert l'usine en 1907 et fonde la S.A. Haut Marnaise de Carbonisation et de Produits Chimiques en 1917. Rémond, maître de forge à Roches-sur-Rognon, achète l'usine en atelier de fabrication (C) sont détruits dans le troisième quart du 20e siècle. Etablissement industriel désaffecté en 1989, lors de l'enquête initiale. En 2013 (complément d'enquête) : site inchangé. Un haut fourneau et une affinerie composent l'usine avant 1770 ; deux feux d'affinerie seuls à partir de 1774, qui fonctionnent au charbon de bois ; présence d'un haut fourneau vers 1840 et d'un four à puddler et de deux fours
    Parties constituantes non étudiées :
    logement de contremaître pièce de stockage du combustible atelier de fabrication
    Référence documentaire :
    Annuaire de la Haute-Marne. 1859-1860 AD Haute-Marne. Annuaire de la Haute-Marne. 1859-1860. Etat des ouvriers de la première réquisition travaillant dans les manufactures et usines de la République. An II-An IV [An III] AD Haute-Marne : L 365 [355]. Etat des ouvriers de la première réquisition travaillant dans les manufactures et usines de la République. An II-An IV [An III]. Vol. 1589, art. 49 ; vol. 2047, art. 46 Archives du Service des hypothèques de Chaumont Archives du Service des hypothèques de Chaumont. Vol. 1589, art. 49 ; vol. 2047, art. 46. p. 147-148 Une grande industrie haut-marnaise disparue : la production de la fonte et du fer, 1979 BEGUINOT, Pierre. Une grande industrie haut-marnaise disparue : la production de la fonte et du fer
    Dénominations :
    usine de produits chimiques
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    Logement d'ouvriers (E) un étage carré : pierre, moellon sans chaîne en pierre de taille ; logement de contremaître (A) en rez-de-chaussée, étage de comble : enduit partiel, ardoise, toit à longs pans
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Montot-sur-Rognon - route de Signéville - isolé - Cadastre : 1831 B 1382 à 1387 1972 ZH 77
    Titre courant :
    Affinerie, haut fourneau, puis usine de produits chimiques dite S.A. Haut-Marnaise de Carbonisation et de Produits Chimiques, puis atelier de marbrerie
    Appellations :
    dite usine de produits chimiques S.A. Haut-Marnaise de Carbonisation et de Produits Chimiques
    Annexe :
    haut-fourneau et une affinerie. La production y est de 280 tonnes de fonte et 250 tonnes de fer. 1774  : L'usine est reconstruite. Elle est composée de deux affineries et d'un bocard à crasses. An II : Guyenot est maître de forge à Montot. Il demeure à Mareilles. 1811 : Jean Henry Louis de Greffulhe est propriétaire des forges. 1814 : L'usine est composée de deux feux d'affinerie. Elle occupe 12 ouvriers et ne fonctionne que 5 mois pas an. La production est de 170 000 quintaux métriques de fer en barres. 1817  : Thébaud est propriétaire des forges de Montot. Le-Mayre est régisseur. 1818 : 14 ouvriers travaillent à la produit 275 tonnes de fer. 1824 : Les forges de Montot appartiennent à M. Adrien à qui les a vendues M . Thébaud. Elles fonctionnent 8 mois dans l'année et chaque feu fabrique 144 000 kg de fer, dit marchand ou d'affinerie au charbon de bois, un marteau de 350 kg et un de 250 kg, un foyer de chaufferie à la houille , trois roues à aubes et une à godets, force 36. Il emploie 17 ouvriers. Le propriétaire de la forge
    Illustration :
    [Extrait du plan cadastral de] Montot-sur-Rognon. Section B2 dite de la Montagne et du Champ Saint Plan de site, état en 2013 IVR21_20145202224NUDA Martin. 1 : 2500. 1831. 1 plan : en coul. (AD Haute-Marne : 3 P 2/336-7) IVR21_20145202705NUCA Plan général de la Forge de Montot. 1 : 200. 1836. 1 plan : en noir (AD Haute-Marne : 130S 149 Plan général de la Forge de Montot / Ravier architecte de l'Inspection forestière de Chaumont. 1838 Plan de détail. 1836. 1 plan : en noir (AD Haute-Marne : 130S 149) IVR21_19895201654X La Haute-Marne - Le Village de Montot / Edit. coopérative, [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc Vestige de l'atelier de fabrication (C) IVR21_20145202003NUCA Logement de contremaître vu depuis le nord-ouest IVR21_19895200276Z Pièce de stockage du charbon et logement d'ouvriers vus depuis l'est IVR21_19895200273Z
1