Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine de bonneterie Maurice Mauchauffée et Cie, puis Mauchauffée S.A., puis ateliers de confection et magasins de commerce, actuellement EMO S.A., bureaux et logements
    Usine de bonneterie Maurice Mauchauffée et Cie, puis Mauchauffée S.A., puis ateliers de confection et magasins de commerce, actuellement EMO S.A., bureaux et logements Troyes - 13, 15, 26-40 rue Bégand 27, 43, 45 rue Courtalon 1-23, 4-12 rue Mauchauffée 1, 3, 5 rue Vanderbach 2-16, 18-28 rue Vignes - en ville - Cadastre : 1983 BX 415, 421, 422, 425, 426, 429, 437, 439, 440 BP 345 à 380
    Historique :
    La société en nom collectif (SNC) primitive, A. Mauchauffée et Fils, fondée en 1873, est dissoute pour faire place à la SNC Maurice Mauchauffée et Cie en 1875-1876, qui sera transformée en société anonyme en mai 1896. Maurice Mauchauffée fait édifier l'usine de bonneterie de la rue Bégand à partir de 1876. Elle est agrandie plusieurs fois entre cette date et 1914, à partir des bâtiments d'origine produites. Mais la fermeture définitive de l'entreprise intervient en 1973, laissant la place à de modestes ateliers de confection et à des magasins de commerce. En 2013 (complément d'enquête), la majeure partie du , rue Vanderbach et rue Vignes. Elle n'a subi aucune transformation et sert toujours d'habitations. Aux
    Référence documentaire :
     : M 1328. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1901. p. 59 400e anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition, Musée de la Bonneterie p. 25, 40-41 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p. p. 18 Les établissements de la bonneterie à Troyes (1870-1914). Un patrimoine industriel à sauvegarder, 1996 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de la bonneterie à Troyes (1870-1914). Un patrimoine industriel à sauvegarder. La Vie en Champagne, avril-juin 1996, n° 6 [nouvelle série], p. 15-21.
    Description :
    à l'ouest du site, tandis que la teinture devait avoir lieu dans la partie nord. Les bureaux, à moellons ; la lettre M apparaît gravée sur les pilastres de leur façade et sur les piliers encadrant l'entrée. Les matériaux traditionnels locaux y sont mêlés à des matériaux industriels (brique, béton, fer
    Localisation :
    BP 345 à 380
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Filature de coton Douine, puis Touron S.A., puis usine de bonneterie Fra-For S.A
    Filature de coton Douine, puis Touron S.A., puis usine de bonneterie Fra-For S.A Troyes - 1 cours Jacquin - en ville - Cadastre : 1838 A 1148 à 1152, 1185 à 1189 1983 AD 124, 366
    Historique :
    Charles Douine fait construire une filature de coton vers 1855 à l'emplacement d'un moulin dont il ne subsiste rien. Il possède une seconde usine rue Simart, à proximité, de la première, mais qui a ), le site est désaffecté et en attente d'une prochaine destination. Un permis de construire a été
    Référence documentaire :
    Etablissements insalubres. Divers AD Aube : M 1338 B. Etablissements insalubres. Divers. A trier Aube : M 1322. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1881  : M 1326. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1894. Section A Cadastre. Troyes, 1838 AD Aube : 3P 7298. Cadastre. Troyes, section A. 1838. p. 27-28 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p.
    Description :
    Bâtiment d'eau à deux étages carrés en pans de fer hourdés de briques, couvert d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques. L'atelier de fabrication à deux étages carrés situé à l'ouest de l'ensemble a un rez-de-chaussée en moellons et briques en encadrement de baies et chaînes d'angle ; son second étage est bardé de tôle et le toit à longs pans qui le couvre est en matériau synthétique. L'entrepôt industriel et l'atelier de fabrication, avec charpente en bois apparente, situés à l'est, sont en rez-de
    Localisation :
    Troyes - 1 cours Jacquin - en ville - Cadastre : 1838 A 1148 à 1152, 1185 à 1189 1983 AD 124, 366
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de bonneterie Alexandre Perthuisot, puis Claude Richard, puis Herbin, puis Absorba-Poron, actuellement Poron (fabrication de vêtements) et Logtex (conseil en logistique)
    Usine de bonneterie Alexandre Perthuisot, puis Claude Richard, puis Herbin, puis Absorba-Poron, actuellement Poron (fabrication de vêtements) et Logtex (conseil en logistique) Troyes - 33 rue des Martyrs de la résistance - en ville - Cadastre : 1983 AH 249 à 254
    Historique :
    Richard pendant la Première Guerre mondiale. La société Herbin, dont l'usine de la rue Voltaire a été ). Néanmoins, le site ne semble plus être dédié à la production.
    Référence documentaire :
    p. 41 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p. p. 33 400e anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition, Musée de la Bonneterie p. 26 Maille et bonneterie auboise. O.R.C.C.A., 1993 VANNIER, M. Maille et bonneterie auboise
    Description :
    Bureau à un étage carré couvert d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques. Ateliers de la sert d'entrepôt à Logtex. Les ateliers de fabrication les plus anciens sont toujours désaffectés.
    Localisation :
    Troyes - 33 rue des Martyrs de la résistance - en ville - Cadastre : 1983 AH 249 à 254
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine la Bonneterie de l'Aube, puis René Piat, puis magasin de commerce de vêtements, puis salle de sport Gym3
    Usine la Bonneterie de l'Aube, puis René Piat, puis magasin de commerce de vêtements, puis salle de sport Gym3 Sainte-Savine - 26, 28 rue Paul Doumer - en ville - Cadastre : 1994 AE 939, 1122, 1142 à 1145, 1205, 1232 à 1234
    Historique :
    La S.A. la bonneterie de l'Aube fait édifier une usine de bonneterie vers 1930, qui est exploitée à . La cessation d'activité intervient vers 1970, et laisse place à un magasin de vêtements. En 2013 (complément d'enquêt), il n'y a plus aucune activité sur le site, la dernière étant une salle de sport désormais fermée. Présence d'un cours d'eau qui a pu être utile pour l'installation de l'usine de bonneterie
    Référence documentaire :
    .-C., DUTRIPON, M.-T., PEUCHAT, D. Histoire de Sainte-Savine par la carte postale depuis 1900. [S.l
    Description :
    L'atelier de fabrication à trois étages carrés, à structure en béton et façade antérieure percée de l'ensemble. Le logement patronal à un étage carré est élevé en moellons.
    Localisation :
    Sainte-Savine - 26, 28 rue Paul Doumer - en ville - Cadastre : 1994 AE 939, 1122, 1142 à 1145, 1205 , 1232 à 1234
  • Fabrique de métiers pour bonneterie, filature de coton et usine de bonneterie des frères Poron, puis Poron frères, fils et Mortier, puis Poron S.A., puis Absorba-Poron, actuellement hôtels
    Fabrique de métiers pour bonneterie, filature de coton et usine de bonneterie des frères Poron, puis Poron frères, fils et Mortier, puis Poron S.A., puis Absorba-Poron, actuellement hôtels Troyes - 11 rue des Bas-Trévois - en ville - Cadastre : 1983 CE 271
    Historique :
    -Trévois, à laquelle ils ajoutent une filature de coton cardé vers 1872 (qui comptera 8000 broches 6 ans plus tard), puis une usine de bonneterie vers 1880. Léon, Henri et Jules Poron, associés à leur neveu . La fabrication de métiers du système Paget a lieu jusqu'en 1915, mais d'autres types de métiers à site de la rue des Bas-Trévois ferme ses portes vers 1990, procédant à de nombreuses destructions de portes en 2000), et a vu l'ouverture de la rue Camille Claudel. Vers 1880, la société Poron possède une école et une cité ouvrière à proximité immédiate des usines, la cité Poron, consistant en 8 habitations
    Référence documentaire :
    Aube : M 1322. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1881 p. 32-33 400e anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition anniversaire du métier à tricoter, 1589-1989 : Les constructeurs aubois. Exposition, Musée de la Bonneterie p. 27-28 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p. p. 18 Les établissements de la bonneterie à Troyes (1870-1914). Un patrimoine industriel à sauvegarder, 1996 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de la bonneterie à Troyes (1870-1914). Un patrimoine industriel à sauvegarder. La Vie en Champagne, avril-juin 1996, n° 6 [nouvelle série], p. 15-21. Historique et descriptif des activités de l'établissement Poron à Troyes, [s.d.] PORON S.A . Historique et descriptif des activités de l'établissement Poron à Troyes, [s.d.]. Reproduit dans le dossier
    Description :
     : il s'agit de deux ateliers symétriques, dont l'un a un étage de soubassement et deux étages carrés et conciergeries à un étage carré, élevées en brique, et couvertes d'un toit à longs pans avec croupes en ardoise . A l'ouest se trouve une salle des machines en rez-de-chaussée en brique, couverte d'un toit à longs
    Annexe :
    consacrée au négoce de bonneterie en gros et installée à Troyes, 132, rue Notre-Dame (l'actuelle rue Emile -Zola). A cette époque, ce négoce consistait à vendre aux nombreux artisans installés dans les environs métiers à main, et à acheter les produits ainsi réalisés pour les proposer à la clientèle des grossistes . Peu à peu d'ailleurs, tous ces artisans devinrent des façonniers et la maison Poron se chargea de la à leur activité de bonnetiers en gros la construction de matériel de bonneterie, d'abord en important, en 1856, de nouveaux métiers à bas fabriqués en Angleterre, puis en les construisant eux-mêmes et neveu Auguste Mortier à leur affaire et formèrent ensemble la société en nom collectif Poron Frères Fils et Mortier. Ils donnèrent alors un grand développement à la maison, en particulier dans la reprend à son compte la fonderie et Auguste Mortier quitte la société qui se continue à partir de ce en Société à Responsabilité limitée en 1926 et de nouveau en Société anonyme en février 1957.
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de bonneterie Evrard-Dard, puis Champrenault, Rabanis et Cie, actuellement Journé et Lefèvre, actuellement bureaux et habitations
    Usine de bonneterie Evrard-Dard, puis Champrenault, Rabanis et Cie, actuellement Journé et Lefèvre, actuellement bureaux et habitations Sainte-Savine - 8 bis, 8 ter, 10, 10 ter, 12 rue Benoît Malon 3 rue Pierre Blanche - en ville - Cadastre : 1994 AE 444, 752
    Historique :
    Edme Evrard fait édifier vers 1865 une usine de bonneterie à vapeur, avec un important atelier site qui est alors loué à plusieurs entreprises. Champrenault, Rabanis et Cie occupent le numéro 12 exploitait toujours une usine de bonneterie à cet endroit lors de l'enquête initiale (1986). En 2013 (complément d'enquête), il apparaît que l'activité a cessé (à une date inconnue) et l'ensemble a subi quelques immeuble de logements a été construit au 8 bis. Le 8 ter sert toujours de maison. Une partie de l'atelier de fabrication a été transformée en logement au numéro 10. Le 10 ter et le 12 accueillent des bureaux
    Référence documentaire :
    ., DUTRIPON, M.-T., PEUCHAT, D. Histoire de Sainte-Savine par la carte postale depuis 1900. [S.l.], 1992. 98 p. 81 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p.
    Description :
    façade en brique, semble dater du début du 20e siècle. L'atelier de fabrication élevé en béton armé a deux étages carrés. La cheminée d'usine a été conservée. L'atelier de réparation, la salle des
    Illustration :
    [Atelier des machines à coudre]. [1er quart 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (Collection [Salle des machines. Machine à vapeur]. [1er quart 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (Collection [Chaufferie, chaudière à vapeur]. [1er quart 20e siècle]. 1 photogr. : n. et b. (Collection
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de bonneterie G. Bonbon et Cie, puis G. Bonbon et fils, puis Ets Louis Bonbon, puis S.A. Devanlay, actuellement établissement administratif, bureaux et logements
    Usine de bonneterie G. Bonbon et Cie, puis G. Bonbon et fils, puis Ets Louis Bonbon, puis S.A. Devanlay, actuellement établissement administratif, bureaux et logements Troyes - 1, 8-12 rue Bégand - en ville - Cadastre : 1983 BX 137, 141
    Historique :
    , jusqu'au 1er juillet 1902. A cette date, la société est dissoute et Louis Bonbon continue seul l'activité . Cessation d'activité vers 1990. En 1986 (enquête initiale), le logement patronal sert à la fonction publique
    Référence documentaire :
    Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Divers AD Aube : M 1336. Etablissements p. 38-39 Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914), 1995 HUMBERT, Jean-Louis. Les établissements de bonneterie à Troyes (1870-1914). Troyes : C.D.D.P, 1995. 80 p. p. 9-15 Les origines des Etablissements Bonbon à Troyes. La Vie en Champagne, janv.-mars 2001, n ° 25 LEBOCEY, Bernard. Les origines des Etablissements Bonbon à Troyes. La Vie en Champagne, janv
    Description :
    fenêtres rectangulaires encadrées de briques, et les toitures à longs pans couvertes de tuiles. Deux ateliers donnant au sud et à l'ouest ont un étage de soubassement, et deux étages carrés : ils ont une béton. Logement patronal situé de l'autre côté de la rue Bégand, à un étage carré et un étage de comble , élevé en briques avec pierres de taille en chaînes d'angle et couvert de toits en pavillon ou à longs pans en ardoise. Au sud de ce logement se trouve un magasin industriel, qui a pu servir d'atelier de finition : il a deux étages carrés et une structure en béton avec remplissage en briques et pignons enduits qu'une large partie d'un atelier de fabrication, ont été détruits, pour laisser place à un parking
    Illustration :
    Logement patronal (A) vu depuis le nord-ouest IVR21_19981000301Z
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de bonneterie Francior, puis Valton, puis Gérard, actuellement maisons
    Usine de bonneterie Francior, puis Valton, puis Gérard, actuellement maisons Sainte-Savine - 15, 15 bis rue Aristide Briand 7 rue de la Bonneterie - en ville - Cadastre : 1994 AE 1037
    Historique :
    vers 1955. Un bonnetier à façon, M. Gérard, utilise encore les locaux en 1986 (enquête initiale), puis ces derniers sont abandonnés une dizaine d'années plus tard. En 2013 (complément d'enquête), le site a été entièrement converti en habitations. Le logement patronal se situe à l'angle de la rue de la
1