Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux
    Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux Cirfontaines-en-Azois - Village - 7 rue de la Ferme de Clairvaux - en village - Cadastre : 1989 E 83 à 94 ; 472 ; 524 à 527
    Historique :
    La Ferme de Clairvaux à Cirfontaines-en-Azois (52) ne doit pas être considérée comme une grange
    Description :
    XVIIIe siècle ; on retiendra parmi les vestiges les plus anciens le petit portail piéton en plein cintre
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Cirfontaines-en-Azois - Village - 7 rue de la Ferme de Clairvaux - en village - Cadastre : 1989 E
    Titre courant :
    Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux
    Appellations :
    Ferme de Cirfontaines, Ferme de Clairvaux
    Texte libre :
    La Ferme de Clairvaux à Cirfontaines-en-Azois (52) ne doit pas être considérée comme une grange portail piéton en plein cintre (à agrafes) donnant accès à la cour intérieure (déplacé ?) et qui paraît
    Illustration :
    Cirfontaines-en-Azois : plan de la ferme de Clairvaux (© AD52, 3 P 2/131-21, section E, détail Cirfontaines-en-Azois : vestiges de la ferme seigneuriale de Clairvaux, portail (XVIIe s. ?), rue
  • Église paroissiale Sainte-Pierre
    Église paroissiale Sainte-Pierre Cirfontaines-en-Ornois - en village
    Escaliers :
    escalier intérieur escalier en équerre en charpente
    Description :
    Edifice à plan allongé ; façade occidentale et clocher en pierre de taille et le reste des murs extérieurs en moellon ; intérieur enduit ; nef à vaisseau unique plafonné et couverte d'un toit à longs pans en tuile mécanique ; choeur à deux travées plafonnées et abside hémicirculaire couvert d'un toit à longs pans en tuile mécanique ; clocher surmontant le portail occidental surmonté d'un toit en pavillon en ardoise ; porche à péristyle à quatre colonnes.
    Localisation :
    Cirfontaines-en-Ornois - en village
    Couvertures :
    toit en pavillon
  • Maître-autel
    Maître-autel Cirfontaines-en-Azois - en village
    Historique :
    Cirfontaines, et Jean-Baptiste Bouchardon pour la réalisation d’un retable et d’un tabernacle pour la somme de
    Référence documentaire :
    ; photogr. Yamina Sabki ; Jacques Philippot. Châlons-en-Champagne : Région Champagne-Ardenne, Département de
    Description :
    Sur place, actuellement, autel et tabernacle en bois doré ont disparu, au profit d’un ensemble en , colonnes cannelées, pots à feu, forme des portes, localisation des bustes en ronde-bosse et non plus en celle-ci ne soit dédiée à Notre-Dame. Le traitement en particulier de cette dernière figure n’est pas
    Localisation :
    Cirfontaines-en-Azois - en village
  • Autels, retables (autels secondaires)
    Autels, retables (autels secondaires) Cirfontaines-en-Azois - en village
    Historique :
    du collatéral nord a conservé une polychromie en faux marbre d’une grande qualité.
    Référence documentaire :
    ; photogr. Yamina Sabki ; Jacques Philippot. Châlons-en-Champagne : Région Champagne-Ardenne, Département de
    Description :
    Le retable du collatéral nord a conservé une polychromie en faux marbre d’une grande qualité.
    Localisation :
    Cirfontaines-en-Azois - en village
    États conservations :
    nord. Le coffrage en bois de l'autel nord est détruit.
  • Église paroissiale Notre-Dame-en-sa-Nativité
    Église paroissiale Notre-Dame-en-sa-Nativité Cirfontaines-en-Azois - en village
    Historique :
    François Mauperrin, établis à la suite d'une visite du 26 novembre 1771, furent approuvés en décembre 1777
    Description :
    donnant sur un choeur de deux travées à chevet plat et percé de quatre baies en plein cintre au sud . Sacristie dans le prolongement du choeur. Clocher-porche en façade occidentale, accès par une tourelle dnas l'angle sud. Flèche octogonale en ardoise, le reste de l'édifice est en tuiles plates. A l'intérieur , pavement général en dalles de pierre.
    Localisation :
    Cirfontaines-en-Azois - en village
    Titre courant :
    Église paroissiale Notre-Dame-en-sa-Nativité
    Vocables :
    Notre-Dame-en-sa-Nativité
    Illustration :
    Vue partielle (en entrant dans l'église) IVR21_20065230195NUCA
  • Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux
    Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux Cirfontaines-en-Azois - Village - 7 rue de la Ferme de Clairvaux - en village - Cadastre : 1989 E 83 à 94 ; 472 ; 524 à 527
    Référence documentaire :
    Cirfontaines-en-Azois, cadastre XIXe, section E, détail
    Dossier :
    Cirfontaines-en-Azois : plan de la ferme de Clairvaux (© AD52, 3 P 2/131-21, section E, détail ) Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux
  • Maître-autel
    Maître-autel Cirfontaines-en-Azois - en village
    Référence documentaire :
    Projet de retable pour le maître-autel de l'église de Cirfontaine-en-Azois Dessin à l'encre.
  • Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux
    Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux Cirfontaines-en-Azois - Village - 7 rue de la Ferme de Clairvaux - en village - Cadastre : 1989 E 83 à 94 ; 472 ; 524 à 527
    Dossier :
    Cirfontaines-en-Azois : vestiges de la ferme seigneuriale de Clairvaux, portail (XVIIe s. ?), rue de la Ferme de Clairvaux. Cirfontaines-en-Azois, ancienne ferme de Clairvaux
  • Ancienne abbaye de la Crête
    Ancienne abbaye de la Crête Bourdons-sur-Rognon - Lacrête - isolé - Cadastre : 2016 F 28a, 29, 36, 302, 305, 306 porterie : parcelle 306 communs : parcelle 305 ancien carré monastique : parcelles 28a et 29 jardins : parcelle 302 logis abbatial : parcelle 36
    Historique :
    -Woëvre en 1132 au diocèse de Metz, puis les Vaux-en-Ornois l'année suivante dans celui de Toul. Au milieu , la Crête (52-com. Bourdons-sur-Rognon) a été fondée en 1121, l’année après Bellevaux, sous le vocable de la Purification Notre-Dame. Les (vi-)comtes de Clefmont, en particulier Simon II, sont reconnus possession dès 1118, n’est pas étayée, même si nombre d’auteurs l’ont reprise à leur compte. En revanche . L’afflux de religieux fut assez tôt suffisant à la Crête pour qu’elle fonde à son tour Saint-Benoît-en du XIIe siècle, ce sera le tour des Feuillants près de Toulouse, puis de Matallana en Espagne. Le en partie celles de Morlais (52-com. Millières) ; pour leur part, les Nogent sont à l’origine de Fragneix (52-com. Treix) dès 1128, de Pincourt (grange et moulin, 52-com. Nogent) en 1166, et peut-être eux ont donné en 1157-58 la grange d’Audeuil (88-com. Trampot), que l’abbaye vendit en 1170 —en raison dissymétrique : l’abbaye ne s’est quasiment pas étendue vers le nord, si ce n’est à Audeuil, en proche Barrois
    Description :
    (ill. IVR21_20155200616NUCA). Il est composé au centre, d’un grand portail en plein cintre incurvé , est en cours de restauration (2016). Non loin de là vers le sud subsistent deux longs bâtiments une grande porte charretière en anse de panier (ill. IVR21_20155200619NUCA). Il a peut-être fait partie de la basse-cour. Ces deux bâtiments sont aujourd’hui des étables. En remontant vers l’est, le long du mur d’enceinte qui renferme de nombreux vestiges médiévaux en remploi (claveaux d’ogives, de . IVR21_20155200621NUCA), exposé au sud, comporte une façade sobre, à rez-de-chaussée surélevé (caves en dessous). Une porte centrale à l’encadrement finement mouluré la divise en deux parties égales, percées de trois sa partie sud de belles ouvertures en plein cintre et en pierre de taille. L’essentiel de ce bâtiment sert de grange. En face, greffé sur les murs d’enceinte et de séparation de l’espace conventuel (verger
    Annexe :
    Guyton en Champagne (1744-1749)" [par Ulysse ROBERT et Édouard de BARTHÉLEMY], Paris, 1890, p. 145-146 Langres ; histoire et statistique, t. II, 1875, p. 15 VERNA, Catherine, "La sidérurgie cistercienne en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord (XIIe-XVe siècles)", L'économie cistercienne. Géographie
    Texte libre :
    -Woëvre en 1132 au diocèse de Metz, puis les Vaux-en-Ornois l'année suivante dans celui de Toul. Au milieu , la Crête (52-com. Bourdons-sur-Rognon) a été fondée en 1121, l’année après Bellevaux, sous le vocable de la Purification Notre-Dame. Les (vi-)comtes de Clefmont, en particulier Simon II, sont reconnus possession dès 1118, n’est pas étayée, même si nombre d’auteurs l’ont reprise à leur compte. En revanche . L’afflux de religieux fut assez tôt suffisant à la Crête pour qu’elle fonde à son tour Saint-Benoît-en du XIIe siècle, ce sera le tour des Feuillants près de Toulouse, puis de Matallana en Espagne. Le en partie celles de Morlais (52-com. Millières) ; pour leur part, les Nogent sont à l’origine de Fragneix (52-com. Treix) dès 1128, de Pincourt (grange et moulin, 52-com. Nogent) en 1166, et peut-être eux ont donné en 1157-58 la grange d’Audeuil (88-com. Trampot), que l’abbaye vendit en 1170 —en raison dissymétrique : l’abbaye ne s’est quasiment pas étendue vers le nord, si ce n’est à Audeuil, en proche Barrois
    Couvrements :
    voûte en berceau plein-cintre
    Illustration :
    La Crête : plan de l'abbaye en 1705 (AD52, 5 H 48) IVR21_20155200607NUCA La Crête : plan de l'abbaye en 1755 (AD52, 5 H 47) détail IVR21_20155200611NUCA La Crête : plan de l'abbaye en 1705, détail (AD52, 5 H 48) IVR21_20155200608NUCA La Crête : plan d'ménagement du quartier des hôtes en 1714 (AD52, 5 H 45) IVR21_20155200612NUCA
  • Ancienne abbaye de Clairvaux
    Ancienne abbaye de Clairvaux Ville-sous-la-Ferté - Maison centrale de Clairvaux - - en écart - Cadastre : 1962 A2 275
    Historique :
    , Arrentières, Montheries, Gillancourt, Cirfontaines-en-Azois, Autreville, Riel-les-Eaux, Ville-sous-Laferté au diocèse de Langres en tant que 3e fille de Cîteaux, par Bernard de Fontaine [-lès-Dijon], futur l’entrée d’un vallon tributaire de l’Aube en rive gauche (ill. IVR21_20151000309NUCA), relevait alors de fondation reçut l’assentiment général, notamment de l’évêque de Langres Joceran de Brancion. Les débuts n’en point que l’on se demande si la fondation de Trois-Fontaines en 1118 (1e fille de Clairvaux) a résulté au rang de véritable chef d’ordre, en tout cas de filiation. À la mort de saint Bernard en 1153 abbaye de Clairvaux. Un siècle plus tard, on en comptera le double. Une telle croissance dût se mesurer que renvoient les représentations anciennes, en particulier les plans et vues de dom Milley (1708 chapitres du cartulaire. Leur mission fut à n'en pas douter d'être avant tout polyvalentes pour subvenir aux voit en premier lieu l'émergence de nouveaux domaines portés de la même manière par chapitres au
    Toit :
    tuile plate zinc en couverture (?)
    Description :
    L’histoire architecturale de Clairvaux est généralement divisée en 5 périodes : Clairvaux I, le de dom Milley (ill. IVR21_20151000564NUCA à IVR21_20151000566NUCA), étaient de petite taille et en grande partie composés de structures en bois. La chapelle, servant d’église abbatiale, était de plan basilique de Santa Maria degli Angeli, ce témoin précieux des premiers temps avait été préservé en tant abbaye. Commencée en 1135, l’église abbatiale de Clairvaux II fut consacrée en 1174, à l’occasion de sa vraisemblablement un chevet plat, bien que le plan n’en soit pas connu. Des autres bâtiments conventuels partout ailleurs. Les fouilles effectuées entre 1980 et 2013 ont pu en préciser la nature des sols ). La structure intérieure transparaît en façade occidentale, où les travées s’inscrivent dans de transept comme le montre la célèbre Veüe de l’Eglise de l’Abaye de Clervaux en Bourgongne d’Israël cistercienne, Paris, 2015, p. 227-240). Tout en en conservant certaines parties médiévales du rez-de-chaussée
    Localisation :
    Ville-sous-la-Ferté - Maison centrale de Clairvaux - - en écart - Cadastre : 1962 A2 275
    Annexe :
    architecturale du site de Clairvaux, 1115-1981 [manuscrit], Paris, 1981 GIGOT, Jean-Gabriel, "Cirfontaines-en cistercienne en France, 2 vol.,Vanoest, Paris, 1947 (2e éd) BAUDIN, Arnaud, DOHRMANN, Nicolas, et VEYSSIÈRE Bar-sur-Aube en juin 1990), Ass. Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux / Némont, Bar-sur-Aube, 1991 . "Sources chrétiennes", n°380, Cerf, Paris, 1992 COLLECTIF, Abbayes en Côte-d'Or. Piété et pouvoir manuscrits de Clairvaux de saint Bernard à nos jours", La Vie en Champagne, n°46, II-2006 (n° spécial) CORBET , Patrick, "Le cellier de Colombé-le-Sec vu par les dessinateurs aubois du XIXe siècle", La Vie en Champagne ", Mélanges Anselme Dimier, t. I, B. Chauvin, Pupillin, 1987, p. 804-825DIMIER, Anselme, "En marge du , "Remarques sur les mouvements de population en Champagne méridionale au XVe siècle", FOSSIER, Robert, Hommes -Azois. Remise du droit de main-morte aux habitants de Cirfontaine par leurs seigneurs les religieux de , Tournus, 17-20 juin 1992), Saint-Étienne, 1996, p. 103-113 HARMAND, "La bibliothèque de Clairvaux en 1503
    Texte libre :
    , Arrentières, Montheries, Gillancourt, Cirfontaines-en-Azois, Autreville, Riel-les-Eaux, Ville-sous-Laferté au diocèse de Langres en tant que 3e fille de Cîteaux, par Bernard de Fontaine [-lès-Dijon], futur l’entrée d’un vallon tributaire de l’Aube en rive gauche (ill. IVR21_20151000309NUCA), relevait alors de fondation reçut l’assentiment général, notamment de l’évêque de Langres Joceran de Brancion. Les débuts n’en point que l’on se demande si la fondation de Trois-Fontaines en 1118 (1e fille de Clairvaux) a résulté au rang de véritable chef d’ordre, en tout cas de filiation. À la mort de saint Bernard en 1153 abbaye de Clairvaux. Un siècle plus tard, on en comptera le double. Une telle croissance dût se mesurer que renvoient les représentations anciennes, en particulier les plans et vues de dom Milley (1708 chapitres du cartulaire. Leur mission fut à n'en pas douter d'être avant tout polyvalentes pour subvenir aux voit en premier lieu l'émergence de nouveaux domaines portés de la même manière par chapitres au
    Couvrements :
    voûte en berceau plein-cintre voûte en berceau brisé
    Illustration :
    Vue de l'abbaye de Clairvaux en 1708 par frère Nicolas Milley (mi XIXe s., © MGT "Veüe de l'Eglise de l'Abaye de Clervaux en Bourgongne" (mi XVIIe s., © MGT) IVR21_20151000563NUCA
1