Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Nicolas
    Église paroissiale Saint-Nicolas Troyes - rue Marie-Pascale-Ragueneau - en ville
    Historique :
    paroisse Saint-Jean-au-Marché (elle devint indépendante en 1722). Endommagée par l’incendie de la ville en un édifice plus vaste. Le maître maçon Gérard Faulchot en présentait les plans en janvier 1526 et la première pierre fut posée le 23 avril. En 1535, les parties basses du chœur étaient achevées. De 1535 à 1552, l’effort porta sur la partie occidentale de l’église, appelée le « Mont de Calvaire ». Puis, Jean Faulchot, fils de Gérard, édifia les chapelles de la nef : le côté sud de 1551 à 1553, dont le portail sud
    Référence documentaire :
    Plan général de la ville de Troyes, 1757-1769 Plan général de la ville de Troyes / Jean-Gabriel Legendre et Jean-Joseph Bochet de Coluel. 1757-1769. 1 dess. (encre, lavis, aquarelle). (Médiathèque de vol. 2, p. 334-338 COURTALON-DELAISTRE, Jean-Charles. Topographie historique de la ville et du diocèse de Troyes, 1783-1784 COURTALON-DELAISTRE, Jean-Charles. Topographie historique de la ville et du
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Toit :
    ardoise zinc en couverture pierre en couverture
    Description :
    sud et au nord, ainsi que par le campanile sur le toit. L'église est entièrement construite en pierre ) et de la partie avant du massif occidental (dalles de pierre). Le haut vaisseau est couvert d'un toit
    Auteur :
    [architecte] Faulchot Girard, Faulchot Jean, Gauthier Pierre [] Faulchot Jean
    Texte libre :
    , au moment où est repris la construction de l’église, avec Jean Faulchot, maître maçon chargé de paroisse Saint-Jean-au-Marché (elle devint indépendante en 1722). Endommagée par l’incendie de la ville en un édifice plus vaste. Le maître maçon Gérard Faulchot en présentait les plans en janvier 1526 et la première pierre fut posée le 23 avril. En 1535, les parties basses du chœur étaient achevées. De 1535 à 1552, l’effort porta sur la partie occidentale de l’église, appelée le « Mont de Calvaire ». Puis, Jean Faulchot, fils de Gérard, édifia les chapelles de la nef : le côté sud de 1551 à 1553, le côté nord de 1553 Saint-Pantaléon (IA10000456) et Saint-Jean (IA10000453) : un haut vaisseau à abside inscrit dans une
  • Église paroissiale Saint-Jean-au-Marché
    Église paroissiale Saint-Jean-au-Marché Troyes - rue Mignard Place Marché au Pain - en ville
    Historique :
    lui-même été refait en 1593 par Girard Faulchot, avec un porche de deux travées disparu lors de laisse supposer d'ailleurs la pose de la première pierre, en 1520, à l'angle postérieur gauche. Le plan de ce chœur avait été élaboré en 1519 par Martin de Vaulx, maçon Picard, élève et gendre de Jean Gailde, actif à la Madeleine. Martin était secondé par son fils Jean, gendre de Martin de Chambiges Jean de Vaulx, qui a remplacé son père (mort vers 1557). Jean est congédié en 1561 du fait de de s'effondrer. Après consultation de trois experts, Gabriel Favereau, Antoine du Mays et Jean Prince construit : celui du bras droit, à partir de 1554, par Jean de Vaulx, celui du bras gauche, achevé en 1566 , par Jean Prince. La tourelle de l'Horloge, sur le bras droit, a été commencée en 1574 par Rémi Mauvoisin et achevée en 1604 par Gérard Faulchot.
    Précisions sur la protection :
    Eglise Saint-Jean : classement par liste de 1840.
    Auteur :
    [maître maçon] Vaulx Martin de, Vaulx Jean de, Prince Jean, Mauvoisin Rémi, Faulchot Gérard
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Jean-au-Marché
    Vocables :
    Saint-Jean-au-Marché
    Texte libre :
    L'église paroissiale Saint-Jean-au-Marché L'architecture Établie au plus tard au Xe siècle, la paroisse Saint-Jean-au-Marché est l’une des plus anciennes de la ville. Comme son nom le laisse entendre furent lancés qu’en 1548-1549, la voûte haute de la première travée qu’en 1553. L’année suivante, Jean de
    Illustration :
    Eglise St Jean à Troyes [1. plan]. IVR21_20091000118NUC2A Eglise St Jean à Troyes [2] Coupe [transversale] des trois nefs de l'église. IVR21_20091000119NUC2A Eglise St Jean à Troyes [4.] Coupe [transversale] des trois nefs de l'église dans l'état actuel Eglise St Jean à Troyes [4.] Coupe [transversale] des trois nefs de l'église dans l'état actuel Eglise St Jean à Troyes [5.] Coupe [longitudinale] générale de l'église dans son état actuel Eglise St Jean à Troyes. Etaiement et consolidation du porche [plan et coupes], 18 avril 1910 Eglise St Jean à Troyes (Aube). Démolition d'une partie de l'ancien porche. [plan, élévation, coupe Eglise Saint Jean Troyes Aube. [Plan d'ensemble], janvier 1955. IVR21_19941000154X Eglise St Jean à Troyes. Projet de restauration du clocher [plan et élévation], 1er juin 1911 Troyes - Rue urbain-IV Clocher et Beffroi de St-jean, avant 1911. IVR21_20031040140NUC
  • Église paroissiale Saint-Jean
    Église paroissiale Saint-Jean Nogent - en village
    Historique :
    Eglise homogène construite dans le style néo-gothique entre 1862 et 1864 par Jules Girard
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Eglise à plan allongé ; extérieur en pierre de taille et intérieur enduit ; intérieur entièrement deux travées et chevet à 5 pans ; clocher-porche couvert d'une flèche polygonale en pierre de taille.
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Jean
    États conservations :
    délitement de la pierre
    Vocables :
    Saint-Jean
  • Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Église paroissiale Sainte-Madeleine Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Historique :
    Mauvoisin sur un projet de Nicolas Cordonnier ; elle a été achevée à partir de 1548 par Jean et Girard Faulchot. Le portail du bras droit a été élevé en 1550 par Jean Rousseau : il ouvrait sur le cimetière allongée. Le projet du chœur est attribué sans preuve à Jean Gailde, l'auteur du jubé. En 1519 on procédait
    Auteur :
    [architecte] Mauvoisin Nicolas, Faulchot Jean et Girard, Rousseau Jean, Fléchey
    Texte libre :
    par la savante stéréotomie (art de la taille de la pierre) de son portail : l’appareillage en éventail ressemblance de ce chœur avec celui de Saint-Pierre de Coutances (Manche), un peu antérieur (vers 1493), dont
  • Église paroissiale Saint-Nizier
    Église paroissiale Saint-Nizier Troyes - place Saint Nizier - en ville
    Historique :
    à Jean Gauthier (en 1581, on constatait qu'il n'avait pas encore voûté une chapelle neuve attenant au grand portail). La tour a été ajoutée par l'architecte Gérard Faulchot à l'emplacement de la première travée du bas-côté nord. Il monte le premier niveau de 1602 à 1606 (première pierre posée le 5
    Référence documentaire :
    Plan général de la ville de Troyes, 1757-1769 Plan général de la ville de Troyes / Jean-Gabriel Legendre et Jean-Joseph Bochet de Coluel. 1757-1769. 1 dess. (encre, lavis, aquarelle). (Médiathèque de vol. 2, p. 260-265 COURTALON-DELAISTRE, Jean-Charles. Topographie historique de la ville et du diocèse de Troyes, 1783-1784 COURTALON-DELAISTRE, Jean-Charles. Topographie historique de la ville et du
    Auteur :
    [architecte] Gauthier Jean [architecte] Faulchot Gérard
    Texte libre :
    identique à celui réalisé en 1604 par le même Faulchot sur le campanile de l’horloge de l’église Saint-Jean de l’architecte Gérard Faulchot qui en éleva le premier niveau de 1602 à 1606. Sur le soubassement turris prima locata basis / ibidus iunii. Après la mort de Faulchot, Laurent Baudrot érigea le deuxième chœur de Saint-Jean (IA10000453), datées de 1534-1538. Les réseaux des deux fenêtres du bras gauche ont
    Illustration :
    Plan de l'église, extrait du Plan général de la ville de Troyes / Jean-Gabriel Legendre et Jean
  • verrière figurée (chapelles du bas-côté sud de la nef)
    verrière figurée (chapelles du bas-côté sud de la nef) Troyes - place Saint-Pierre - en ville
    Inscriptions & marques :
    armoiries (identifiées) : Pierre Pyron et Jeanne Fuestot sa femme
    Historique :
    Verrière offerte par pierre Pyon et Jeanne Fuestot sa femme (armoiries), probablement peinte par Girard Hoquart en 1483-1484, mais assez restaurée notamment au 19e siècle. Les bordures des lancettes ont
    Auteur :
    [peintre-verrier] Hoquart Girard
    Localisation :
    Troyes - place Saint-Pierre - en ville
  • Ancien hospice Saint-Nicolas, actuellement immeuble à logements dit Résidence Saint-Nicolas
    Ancien hospice Saint-Nicolas, actuellement immeuble à logements dit Résidence Saint-Nicolas Troyes - 101 bis rue de la Cité - en ville
    Historique :
    médiéval. Hospice construit entre 1836 et 1844 sur les plans de Martin Pierre Gauthier. La chapelle a l'édifice, indiquant sur l'une d'entre elles les noms des architectes Gauthier, Dhuyelle étant chargé de la de Hons, évêque de Troyes et bénit par Mgr Jean Marie Mathias Debelay, son successeur, le lundi 2
    Auteur :
    [architecte] Gauthier Martin-Pierre
  • Église paroissiale Saint-Thibaut
    Église paroissiale Saint-Thibaut Clefmont - en village
    Historique :
    du 15e siècle car sa clé de voûte porte les armes de Pierre d'Aigremont et de Raoline de Choiseul rétablie sur un nouveau choeur en 1871 sur des plans de l'architecte Jules Girard. La flèche de clocher fut
    Référence documentaire :
    p. 358 Clefmont RONOT, Henri. Clefmont. In Champagne romane. La-Pierre-qui-Vire, 1981. p. 166 Guide du patrimoine en Champagne-Ardenne PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Guide du
    Représentations :
    un homme assis en penseur. Clé de voûte aux armes de de Pierre d'Aigremont et de Raoline de Choiseul
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    accostée du côté gauche par la sacristie et l'escalier hors-oeuvre. La tour est entièrement en pierre de taille et le reste de l'édifice en moellon et pierre de taille.
    Auteur :
    [architecte] Girard Jules
  • verrière figurée (chapelles du bas-côté sud de la nef)
    verrière figurée (chapelles du bas-côté sud de la nef) Troyes - place Saint-Pierre - en ville
    Historique :
    vitrerie incolore en 1485 ou 1486 par Girard le Noquat. La vitrerie actuelle date du 20e siècle. Les
    Représentations :
    figures bibliques saint Jacques saint Pierre saint Jean Description : calvaire au tympan, avec ange tenant des phylactères. Saints Jacques, Pierre, Jean au
    Auteur :
    [peintre-verrier, restaurateur] Le Noquat Girard
    Localisation :
    Troyes - place Saint-Pierre - en ville
    États conservations :
    des clefs saint Pierre, et petit trou bordure opposée au niveau du dais. Trou au lobe senestre du
    Illustration :
    Ensemble des trois lancettes, registre supérieur: saints Jacques, Pierre et Jean
  • Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean
    Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean Rethel - place Anatole France - en ville
    Dossier :
    Saint Pierre et saint Jean Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean
    Auteur :
    AuteurIllustration Girard Garance
  • Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean
    Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean Rethel - place Anatole France - en ville
    Dossier :
    Vue générale Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean
    Auteur :
    AuteurIllustration Girard Garance
  • Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean
    Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean Rethel - place Anatole France - en ville
    Dossier :
    Les malades Tableau : Guérison du boiteux par saint Pierre et saint Jean
    Auteur :
    AuteurIllustration Girard Garance
  • Etablissement de vins de champagne dit Marne et Champagne, actuellement Burtin
    Etablissement de vins de champagne dit Marne et Champagne, actuellement Burtin Épernay - 22 rue Maurice Cerveaux - en ville - Cadastre : 1987 BH 201, 202
    Historique :
    Gauthier dès 1896. Dans les années 1930, la décoration intérieure est refaite par le décorateur Maxime Old
    Référence documentaire :
    Logements insalubres, établissements dangereux, insalubres ou incommodes. Epernay. Société Gauthier ou incommodes. Epernay. Société Gauthier (dépôt d'essence, 1924).
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Bureaux à un étage de soubassement, un étage carré et un étage de comble. Alternance de pierre de
    Annexe :
    l'angle de la rue Lochet et de la rue Jean Thevenin n° 17. Cadastré section B n° 52, pour une contenant de °- Sous l'immeuble sis à l'angle de la rue Lochet et Jean Thévenin n° 17, les caveaux portant les numéros Jean Thévenin (...). Ainsi que le tout est plus amplement désigné en l'acte de fusion-scission du 4
  • Église paroissiale Saint-Rémy
    Église paroissiale Saint-Rémy Montier-en-Der - 10 place de l'Hôtel de Ville - en ville
    Historique :
    commendataire, et Girard de Hault, procureur des habitants dépendants de l'abbaye pour que ces derniers années 1950 mais la flèche de la tour ne fut posée qu'en 1982 en suivant les plans de Jean-Baptiste
    Référence documentaire :
    RAVAUX, Jean-Pierre. La date de la nef de l'église abbatiale de Montier-en-Der, 1975 RAVAUX, Jean p.229-232 Guide du patrimoine en Champagne-Ardenne PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Guide du -Pierre. La date de la nef de l'église abbatiale de Montier-en-Der. Cahiers haut-marnais, 1975, n° 122, p p.287-293 RONOT, Henri. Champagne romane, 1981 RONOT, Henri. Champagne romane. La-Pierre-qui-Vire
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    cette dernière accueille la tour du clocher en pierre couronnée par une partie supérieure charpentée à cette chapelle. La façade occidentale, la tour du clocher et le choeur sont en pierre de taille et
    Auteur :
    [] Bouchardon Jean-Baptiste
  • Usine métallurgique Simon Lemuth et Cie, puis S.A. des Forges du Clos Mortier, actuellement maison
    Usine métallurgique Simon Lemuth et Cie, puis S.A. des Forges du Clos Mortier, actuellement maison Saint-Dizier - Clos Mortier - en écart - Cadastre : 1861 D 598 à 642, D 527 à 583 1987 CL 150 à 157, DL 60 à 63, DM 51, 135, 136, 155, DN 1, 2
    Référence documentaire :
    BEGUINOT, Pierre. Une grande industrie haut-marnaise disparue : la production de la fonte et du fer
    Murs :
    pierre pierre de taille moellon sans chaîne en pierre de taille
    Annexe :
    HISTORIQUE Septembre 1575 : Des lettres patentes sont délivrées par Henri III à Jean Buat , marchand à Saint-Dizier, autorisant la construction d'une "forge à fer et acyer''. 1604 : Décès de Jean patouillet. La production est de 450 tonnes de fonte. 1798 : René Certain vend le Clos-Mortier à Jean-Hubert Rozet. 1799 : Jean-Hubert Rozet se marie à Marie-Francoise Pierrette de Papon de Marange, alliée à la emplisseur), 10 pour la tréfilerie, 5 à 6 pour la sablerie. 4 juillet 1828 : Décès de Jean-Hubert Rozet. Son
    Illustration :
    339. Saint-Dizier. - Le Clos-Mortier / A. Gauthier éditeur ; O.J. photographe, [1er quart 20e 736 - Saint-Dizier. - Le Clos-Mortier - Le Château / A. Gauthier éditeur ; P.G. photographe, [1er 791 bis - Saint-Dizier. - Le Closmortier / A. Gauthier éditeur ; P.G. photographe, [1er quart 20e 735 - Saint-Dizier. - Les Forges du Closmortier / A. Gauthier éditeur ; P.G.. photographe, [1er Saint-Dizier. - Le Clos Mortier / A. Gauthier éditeur ; O.J. photographe, [1er quart 20e siècle]. 1 Saint-Dizier. - Le Closmortier - La Double Rangée / A. Gauthier éditeur ; P.G. photographe, [1er Saint-Dizier. - Entrée du Closmortier / A. Gauthier éditeur ; O.J. photographe, [1er quart 20e Portrait d'Albin Rozet / Pierre Petti photographe. 1 photogr. : n. et b. (Collection particulière
  • Présentation des objets mobiliers de l’Église paroissiale Saint-Pantaléon
    Présentation des objets mobiliers de l’Église paroissiale Saint-Pantaléon Troyes - en ville
    Référence documentaire :
    . T. II. Orgues de l'Aube. Réd. Jean-Marie Meignien. Châlons-en-Champagne : Association de
    Texte libre :
    , par le maître maçon Jean Faulchot, en 1563-1564, et qu'il est peint et doré par Dominique Pothier retable d'origine. On sait par les comptes que le maître-autel est reconstruit en pierre, avec un retable . Après l'achèvement complet de l'église un retable monumental en pierre, plus conforme à la mode de Pierre Chabouillet en 1665. Le tabernacle en bois, à ailes, à exposition tournante et terminé en dôme , est dessiné par le menuisier Antoine Fournier et réalisé par un deuxième menuisier, Jean Masson, à la
  • Présentation de la Villa Rothier
    Présentation de la Villa Rothier Troyes - Cadastre : 2014 BX 1 à 22, 70, 72 à 76, 100 à 103, 107, 108, 564
    Historique :
    Troyes ainsi que la rue Emile Gauthier de Sainte-Savine. Le lotissement s'est agrandi au fil du temps par
    Référence documentaire :
    HUMBERT, Jean-Louis. Troyes. Bourgeoises et ouvrières. Maisons du XIXe, 2005 HUMBERT, Jean-Louis
    Annexe :
    Voltaire et la rue Rothier à Troyes ainsi que la rue Émile-Gauthier à Sainte-Savine. I , tailleur de pierre, architecte, comptable, employé au Chemin de fer de l’Est, contrôleur des télégraphes l'actuelle rue Émile-Gauthier et occupé par une corderie, divisé en plusieurs lots au XXe siècle qui ont été suivantes, utilisée seule ou mêlée à la pierre calcaire. Dans ce dernier cas, les murs sont généralement composés de chaînes en brique, souvent harpées, et d’un remplissage en pierre. En général, les couvertures cordons en bois séparant les niveaux. L'immeuble est composé d'une cave en pierre séparée en deux espaces inutiles, des tables en brique et en pierre apparaissent au-dessus des portes principales encadrant un mur en pierre non enduit. 5. Les grandes demeures Un premier exemple est une maison construite encadrements de même type, mais auxquels s’ajoutent la pierre, délimitent un appareil polygonal en pierre. La verticales en brique et de remplissage en pierre calcaire blanche. Le soubassement de la façade, en gros
  • Ancienne abbaye de Montiers-en-Argonne
    Ancienne abbaye de Montiers-en-Argonne Possesse - Le Monthiers - isolé - Cadastre : 1988 C2 112
    Historique :
    réparations furent effectuées par exemple à l’église et au cloître par le dernier abbé régulier, Pierre pierre pour 90000 Frs (Ch. Rémy, L’abbaye Notre-Dame de Montiers-en-Argonne, Congrès archéologique de (…) On monte au dortoir par un bel escalier nouveau de pierre, à rampe de fer ; il est voûté, beau pierres rondes, qui ont un gros ventre, à mettre ou vuider l’eau du mandatum, les samedys et le jeudy , on voit trois pierres en cercueil sous une arcade dans la muraille, fort élevées, sans inscription première par des degrés de pierre, les autres de gazon ; des allées couvertes, des cabinets ; le bois est les lions de pierre qui la surmontaient autrefois, quelques restes entre le ”bâtiment des hôtes
    Murs :
    calcaire brique et pierre à assises alternées
    Annexe :
    , Paris, 1726, p. 593-594 CHASSEL, Jean-Luc (dir.), Sceaux et usages de sceaux. Images de la Champagne (1751) instr. n° 22, 30 (Châlons) GAUTHIER, Noëlle, "Montiers-en-Argonne", Horizons d'Argonne, n°22
    Texte libre :
    réparations furent effectuées par exemple à l’église et au cloître par le dernier abbé régulier, Pierre pierre pour 90000 Frs (Ch. Rémy, L’abbaye Notre-Dame de Montiers-en-Argonne, Congrès archéologique de (…) On monte au dortoir par un bel escalier nouveau de pierre, à rampe de fer ; il est voûté, beau pierres rondes, qui ont un gros ventre, à mettre ou vuider l’eau du mandatum, les samedys et le jeudy , on voit trois pierres en cercueil sous une arcade dans la muraille, fort élevées, sans inscription première par des degrés de pierre, les autres de gazon ; des allées couvertes, des cabinets ; le bois est les lions de pierre qui la surmontaient autrefois, quelques restes entre le ”bâtiment des hôtes
  • Ancienne abbaye de Chéhéry
    Ancienne abbaye de Chéhéry Chatel-Chéhéry - Abbaye de Chéhéry - D 142 - bâti lâche - Cadastre : 1997 AB 121
    Historique :
    régulière qui est de mesme construction avec de la pierre de taille et actuellement nous avons trouvé les dépréciation des assignats (H. Manceau, "Grandeurs et misères des vieilles pierres ardennaises : en Argonne
    Murs :
    brique pierre avec brique en remplissage
    Annexe :
    géographie ecclésiastiques, t. 12, Letouzey et Ané, Paris, 1953, col. 603-604 CHASSEL, Jean-Luc (dir (Verdun) GAUTHIER, Noëlle, "L'abbaye de Chéhéry", Horizons d'Argonne, n°21 (1970), p. 8-12 GERSON, Gabriel , septembre-octobre 1970, n°194, p. MANCEAU, Henri, "Grandeurs et misères des vieilles pierres ardennaises , Jean, "L'abbaye de Chéhéry", Horizons d'Argonne, 1970, n°21, p. MARCHAL, Jean, "Une abbaye entre autres : Chéhéry", La Grive, avril 1958, n°98, p. 40-41 MARCHAL, Jean, "Sites et monuments argonnais : au pays de Grandpré, un triangle monastique", Chez nous, avril-mai 1963, n°3, éd. Notre Argonne, p. MARCHAL, Jean
    Texte libre :
    régulière qui est de mesme construction avec de la pierre de taille et actuellement nous avons trouvé les dépréciation des assignats (H. Manceau, "Grandeurs et misères des vieilles pierres ardennaises : en Argonne
  • Etablissement vinicole L'Union champenoise, actuellement Champagne de Castellane
    Etablissement vinicole L'Union champenoise, actuellement Champagne de Castellane Épernay - 57 rue de Verdun - en ville - Cadastre : 1987 AJ 39 à 44, 54 à 58, 64 à 66
    Historique :
    En 1883, Ludovic Girard fonde une maison de champagne à Epernay sous le nom de ''L'Union
    Description :
    brique ou en pierre de taille - lions - ne sont que des trompe-l'oeil), contenait quatre réservoirs d'eau
    Annexe :
    CHAMPAGNE DE CASTELLANE. Epernay HISTORIQUE Ludovic Girard fonde probablement dans les années creusement. Description des terrains lors de la vente entre Eugène Mercier et Ludovic Girard, 29 mai 1889 acier, carreaux de faïence, pierre meulière, pierre de taille, brique, tuile vernissées. Sur la voie tympan du bâtiment principal. La société prend le nom en 1909 de André Girard et compagnie, tout en les deux guerres. Le 11 juin 1930, M. André Girard Bouvet, négociant en vins, et Georgette Mazinghien L´usine de champagne de Castellane, Epernay. Marne. In BELHOSTE Jean-François et SMITH Paul façades a été particulièrement soigné : alternance de brique et de pierre, panneaux de céramique indiquant
    Illustration :
    Union Champenoise - Epernay. 17 - Sortie des Ouvriers / Jean Poyet photographe, [1er quart 20e