Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine et fonderie de cuivre
    Usine et fonderie de cuivre Harréville-les-Chanteurs - en village
    Localisation :
    Harréville-les-Chanteurs - en village
    Illustration :
    Harreville les-Chanteurs (Hte-Marne). - Usine et fonderie de cuivre / C.P. phot., [1er quart 20e
  • Église paroissiale Saint-Germain
    Église paroissiale Saint-Germain Harréville-les-Chanteurs - en village
    Localisation :
    Harréville-les-Chanteurs - en village
  • Moulin à blé, fonderie, coutellerie, usine d'estampage (fonderie de cuivre) dite Fonderie Guillery Frères, actuellement Usine d'Estampage S.A.R.L. Ets Grol
    Moulin à blé, fonderie, coutellerie, usine d'estampage (fonderie de cuivre) dite Fonderie Guillery Frères, actuellement Usine d'Estampage S.A.R.L. Ets Grol Harréville-les-Chanteurs - rue du Moulin - en village - Cadastre : 1846 C 875, 876 1988 AD 202, 203, 348, 362
    Référence documentaire :
    Harréville. Moulins et usines AD Haute-Marne : 130S 100. Harréville. Moulins et usines.
    Description :
    Atelier de fabrication (B) en rez-de-chaussée : les quatre travées sud (de 1910), les deux travées
    Localisation :
    Harréville-les-Chanteurs - rue du Moulin - en village - Cadastre : 1846 C 875, 876 1988 AD 202
    Illustration :
    [Extrait du plan cadastral de] Harréville-les-Chanteurs. Section C4 dite du Village et de la
  • Moulin à blé, fonderie, coutellerie, usine d'estampage (fonderie de cuivre) dite Fonderie Guillery Frères, actuellement Usine d'Estampage S.A.R.L. Ets Grol
    Moulin à blé, fonderie, coutellerie, usine d'estampage (fonderie de cuivre) dite Fonderie Guillery Frères, actuellement Usine d'Estampage S.A.R.L. Ets Grol Harréville-les-Chanteurs - rue du Moulin - en village - Cadastre : 1846 C 875, 876 1988 AD 202, 203, 348, 362
    Référence documentaire :
    Extrait du plan cadastral de Harréville-les-Chanteurs. Section C4, 1846 [Extrait du plan cadastral de] Harréville-les-Chanteurs. Section C4 dite du Village et de la Prairie. 1 : 1000. 1846. 1 plan
    Dossier :
    [Extrait du plan cadastral de] Harréville-les-Chanteurs. Section C4 dite du Village et de la
  • Usine et fonderie de cuivre
    Usine et fonderie de cuivre Harréville-les-Chanteurs - en village
    Référence documentaire :
    Vue d'ensemble (carte postale) Harreville les-Chanteurs (Hte-Marne). - Usine et fonderie de cuivre
    Dossier :
    Harreville les-Chanteurs (Hte-Marne). - Usine et fonderie de cuivre / C.P. phot., [1er quart 20e
  • Usines de transformation des métaux
    Usines de transformation des métaux
    Historique :
    actuelle. En Haute-Marne, le secteur a été représenté à Foulain, Harréville-les-Chanteur, Saint-Dizier correspondante) regroupe les fenderies (où l'on fend le fer en barres ou sous d'autres formes pour obtenir des tringles de section carrée), les laminoirs (où s'effectue le laminage des métaux, en vue d'obtenir des tôles, des barres et des profilés), les grosses forges (où l'on façonne les métaux ou les alliages par martelage avec marteau-pilon, presse, mouton), les martinets (où se trouve un marteau mû au moyen d'une roue à cames, utilisé pour le forgeage des petites pièces), les platineries (où se trouve un marteau mû tôles) et les tréfileries (fabrication de fils). 136 sites ont été étudiés : 63 en haute-Marne (soit 46 %), 56 dans les Ardennes (soit 41%), 9 dans l'Aube (soit 7%) et 8 dans la Marne (soit 6%). Un comptage a grosses forges (11 dans les Ardennes et 4 en Haute-Marne) et 24 usines d'estampage (17 dans les Ardennes , 6 en Haute-Marne et 1 dans l'Aube) - 19 fenderies (11 dans les Ardennes et 8 en Haute-Marne) - 20
    Description :
    Pour les platineries, le site des Mattenets à Matton-et-Clémency est un parfait exemple de des platinerie de Daigny sur un plan daté de 1768. Les bâtiments de martinets conservés dans les Ardennes bâtiment qui sera repris et amplifié dans celui de l'usine de Phades à Monthermé en 1834 par les mêmes propriétaires, les frères Lagard. Cette nouvelle morphologie tout en longueur permettait de rationaliser les sera retenu dans les années suivantes pour les fenderies-laminoirs (Flize par Gendarme en 1832-36 et à deux sites séparés de douze ans. Les trains de laminoirs modernes construits en pan de fer et brique ou extrêmement longues et hautes comme à Blagny, Pure, Glaire ou Brévilly pour les Ardennes ou bien Froncles et Saint-Dizier (forges Saint-Marie) en Haute-Marne. Les usines d'estampage ou les grosses forges sont en trouvent ou l'époque de leur construction. Avec les laminoirs modernes, il s'agit des plus grosses entités du secteur de transformation des métaux. Les usines Thomé-Génot de Nouzonville, Ateliers d'estampage
  • Fonderies
    Fonderies
    Historique :
    Raucourt-et-Flaba et Vrigne-aux-Bois, Fontaine dans l'Aube, Joinville, Harréville-les-Chanteurs et Saint Haute-Marne, (soit 30%), et 50 dans les Ardennes (soit 59%). Cette activité est donc anecdotique dans l'Aube et la Marne et majeure dans les deux autres départements, au même titre que pour les usines de dans le nord des deux départements. Dans les Ardennes, cette explication vaut pour quelques foyers (Rocroi, Bourg-Fidèle et Les Mazures) et également pour le secteur phare de la vallée de la Meuse entre dans la région. En témoigne une taque de cheminée au château de Rumigny datée de 1546 ou bien les 45 km , Hurtault à Signy-l'Abbaye, Linchamps, Haraucourt, Les Mazures) avec une accélération de la production à dans les Ardennes). Deux phénomènes vont favoriser la production de fonte moulée par seconde fusion. En à Monthermé) et leur diffusion au milieu du 19e siècle (de 30 dans les Ardennes en 1850 leur nombre passe à 70 en 1867 puis à 130 vers 1900). Mais également les crises qui secouent le milieu métallurgique
    Description :
    installée sur le site de forges remontant au 16e siècle). A partir du milieu du 19e siècle, les fonderies ont pu s'affranchir de la force hydraulique qui actionnaient les souffleries grâce à l'énergie proximité de voies de communication (les deux fonderies Collignon à Deville datant de 1889 et 1910 sont forges établies en 1515.Pour les Ardennes, la surface des plus grandes fonderies tels que Deville à géants leur permettait de suivre les solutions technologique lors de reconstruction et il subsiste en général de par ce fait peu de bâtiments d'origine sur ces sites. Dans ces grands sites, les bâtiments de la fonderie proprement dite peuvent être relativement hauts afin de pouvoir déplacer les pièces et . Ainsi, les hauts bâtiments de la fonderie construite par Arthur-Martin en 1929 comportent un pont Deville a été édifié en béton armé sur cinq niveaux en 1930 et les bureaux présentent une large façade aussi à la représentation de la firme et les catalogues des produits mettent toujours en avant ces
  • Présentation des objets mobiliers de la basilique Saint-Remi
    Présentation des objets mobiliers de la basilique Saint-Remi Reims - place du Chanoine Ladame - en ville - Cadastre : 2016 DM 69
    Historique :
    -Remi. Les objets illustrent les différentes étapes de la vie du site, à commencer par une dalle dans le bas-côté nord. La Renaissance est particulièrement représentée, notamment à travers les sculptures de Christ de pitié (IM51005789, IM51005790), les portes de sacristie sculptées d'une Annonciation (IM51005803) et les deux retables en pierre présentés dans le bras sud du transept (IM51005798, IM51005799 la paroisse après le Concordat. Les grands travaux qui présidèrent à l'édification du tombeau de
    Annexe :
    Œuvres non repérées, disparues ou déplacées Les dimensions sont exprimées en centimètres. Statue les six chandeliers, travail italien ; donnés par Pierre Delvaux, général des Minimes (mort 1775 ), ainsi que les chandeliers ; MH 1959/07/09 ; PM51000831. Petit chef reliquaire ; 12e siècle ; bronze doré Liste supplémentaire des objets mobiliers de la basilique Saint-Remi Les dimensions sont indiquées ampoules aux saintes huiles ; alliage cuivreux argent ; les éléments sont fixés au plateau ; h = 6,5 ; la de statues de la cathédrale (?) ou d’autres édifices rémois restaurés au cours du 20e siècle. Les moulages sont présentés sur des étagères de bois, ou posés à même le sol, suivant leur taille. Les . Statue : Vierge à l’Enfant h = 180 ; la = 50 ; r = 40. Sur étagères : anges musiciens et chanteurs Liste supplémentaire des ornements de la basilique Saint-Remi Les dimensions sont exprimées en , auréoles ; h = 49 ; la = 260. Voile huméral n° 3 ; brocard de soie rouge ; doublure en 2 lés satin de coton
1