Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Rémy
    Église paroissiale Saint-Rémy Montier-en-Der - 10 place de l'Hôtel de Ville - en ville
    Historique :
    673 par saint Berchaire sur des terres données par le roi Childéric II. A la Révolution, l'ancienne retrouvèrent un lieu de culte dans l'abbatiale inoccupée qui était alors dédiée à Notre-Dame et où ils continuèrent à célébrer leur ancien patron, saint Rémy. L'abbé Adson (960-982) entreprit la reconstruction de moitié du 11e siècle, on dota la nef de tribunes et d'un massif antérieur à tours et à la fin 12e on de clôture de l'abbaye avec quatre tours à canonnière, un pont-levis et une herse à l'entrée. En Bouchardon qui l'avait construite au 18e siècle et non ceux de Boeswilwald qui l'avait reconstruite à la fin
    Référence documentaire :
    Boeswillwald (0,45 mx 0,63 m), s.d.. AD Haute-Marne. 1 Fi 749. Gravures reçues en don en 2001. Eglise de Montier-en-Der : façade latérale restaurée par Emile Boeswillwald (0,45 mx 0,63 m), s.d.. (0,44 m x 0,63 m), s.d.. AD Haute-Marne. 1 Fi Gravures reçues en don en 2001. Eglise de Montier-en-Der : coupe latérale par Emile Boeswillwald (0,44 m x 0,63 m), s.d..
    Représentations :
    Chapiteaux à crochet et culots ornés de têtes humaines dans le choeur. Vitraux de l'abside par Max
    Statut :
    édifice de la fin du 10e siècle. Remarquable élévation du choeur des alentours de 1200 à quatre niveaux.
    Description :
    Edifice à plan allongé. La nef est à trois vaisseaux de huit travées : le vaisseau central est se prolonge à l'ouest d'une travée supplémentaire (occupée par la tribune d'orgue). Le flanc sud de sont couverts de toits individuels. Le choeur se compose d'une travée droite suivie par une abside à cinq pans :la première travée est couverte à moitié par une voûte d'ogives à trois quartiers et l'autre moitié de cette travée avec le reste du choeur sont couverts par d'une voûte d'ogives à huit quartiers . L'étage est également occupé par un triforium voûté d'ogives s'ouvrant par des baies à double colonnes. Le sont composées d'une travée droite suivie d'une abside à trois pans et sont couvertes d'une voûte d'ogives à six quartiers ; la chapelle axiale est plus développée puisqu'elle comporte une travée droite supplémentaire et est couverte d'une voûte d'ogives à huit quartiers. Le flanc nord des deux dernières travées de travées droites et d'une abside à trois pans. La sacristie à plusieurs salles voûtées d'ogives est accolée
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans croupe ronde
  • Ensemble du maître-autel
    Ensemble du maître-autel Breuvannes-en-Bassigny - Colombey-lès-Choiseul
    Historique :
    attribué de façon certaine à Jean-Baptiste Bouchardon ; Jean Salmon a consulté un marché signé le 15 juin rarement égalées. Selon l'abbé Salmon, le 28 octobre 1701 Jean-Baptiste Bouchardon a posé sur le grand -André (curé de 1698 à 1701 puis chanoine de Noyon ; l'abbé Roussel le nomme Jean Borthon de Saint-André et le place de 1680 à 1701 à Colombey). L'autel (ou devant d'autel, dans le texte ancien cité par Salmon) fut posé le 15 juin 1705 par Bouchardon, en même temps que la Vierge à l'Enfant et le saint Martin, et il coûta 40 livres. L'abbé Salmon relate qu'à la suite de la commande du tabernacle, le coûtèrent 180 livres. Ensemble restauré par M. Oliveres d'Autun en 2004.
    Description :
    supporte un tabernacle à ailes comme à Saint-Urbain et à Mussey-sur-Marne, mais ici, l’abondance des éléments décoratifs et la magnificence des parements entièrement dorés à la feuille en font un élément coupole à nervures. Des faisceaux de colonnettes cannelées avec chapiteau corinthien scandent aux deux - Vierge à l’Enfant, saint Martin en évêque, saint Pierre et saint Paul - ; le Bon Pasteur est représenté colonnes. Le retable de Colombey-lès-Choiseul appartient avec ceux de Saint-Urbain et de Mussey-sur-Marne à tabernacles à ailes et exposition. Par le mouvement de ses figures et le jeu de ses courbes, il est encore très baroque d’esprit. En 2004, une restauration lui a rendu son éclat originel. Cinq statuettes : saint Pierre, Vierge à l'enfant, Bon Pasteur, saint Martin et saint Paul et quatre anges adorateurs composent le retable. Comme à l’église d’Andelot, deux grandes statues en pierre flanquent de part et d’autre le retable, donnant aussi un développement horizontal à la composition. A gauche, une Vierge à
    États conservations :
    Il manque quelques éléments du décor rapporté, de la dorure à chacun et le bras senestre à saint Pierre, le bras dexre à la Vierge à l'enfant, les deux mains à saint Martin et des ailes, des mains ou
    Illustration :
    Vue générale : Vierge à l'Enfant. IVR21_20065244542NUCA Vue du buste de la Vierge à l'Enfant. IVR21_20055200003XA
  • Autel, retable, bas-relief de sainte Beline
    Autel, retable, bas-relief de sainte Beline Landreville - en village
    Historique :
    Une importante commande fut passée à Jean-Baptiste Bouchardon par le curé de la paroisse Joseph par une copie conservée par M. Jean Mercier ; il fait une description de la demande : iconographie les travaux. A cela, s’ajoutent les quittances des règlements de 1716, 1717 et 1718.
    Description :
    Le retable architecturé de sainte Beline a été exécuté selon le dessin daté de1735 et signé de répondre à ses avances. On ne connaît rien de plus sur cette sainte légendaire, si ce n’est qu’une contraignit vraisemblablement Bouchardon à tout inventer pour la scène de son martyre, en l’absence de , quant à elle très riche, d’Abraham et Isaac, sans que l’on puisse faire référence à un artiste précis jeunesse interrompue par la mort. Une note de réalisme est apportée par les deux vaches à droite du panneau sculptée en bas-relief sur bois, polychrome, s’inscrit entre deux colonnes cannelées à chapiteau corinthien de fleurs ne figurent pas sur le projet, mais sont ajoutés dans le marché alors que les pots à feu et
  • Autel ; retable ; tabernacle (bas-relief) : l'Institution du Rosaire
    Autel ; retable ; tabernacle (bas-relief) : l'Institution du Rosaire Landreville - en village
    Historique :
    Une importante commande fut passée à Jean-Baptiste Bouchardon par le curé de la paroisse Joseph par une copie conservée par M. Jean Mercier ; il fait une description de la demande : iconographie les travaux. A cela, s’ajoutent les quittances des règlements de 1716, 1717 et 1718.
    Description :
    Le retable du Rosaire se présente de façon similaire à celui de sainte Beline : la scène en bas -relief reprend, à la différence de la précédente, une iconographie extrêmement répandue, les confréries fils tendent un rosaire à sainte Catherine et à saint Dominique qui lèvent un bras pour le recevoir. En dessous, se trouve un autel conforme à la commande : l’Annonciation dans un médaillon est entourée de fins
  • Ensemble du maître-autel
    Ensemble du maître-autel Landreville - en village
    Historique :
    Une importante commande fut passée à Jean-Baptiste Bouchardon par le curé de la paroisse Joseph par une copie conservée par M. Jean Mercier ; il fait une description de la demande : iconographie les travaux. A cela, s’ajoutent les quittances des règlements de 1716, 1717 et 1718.
    Description :
    Le marché de 1716 mentionne des boiseries dans le chœur et Alphonse Roserot a vu un dessin de
1