Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Eglise paroissiale Saint-Médard de Pomacle
    Eglise paroissiale Saint-Médard de Pomacle Pomacle - en village - Cadastre : 1990 AB 60, 61 1835 C1 154, 155
    Historique :
    élevée entre 1923 et 1927 à l’emplacement de l’ancienne sur les plans de l’architecte Henri Royer. Les travaux sont réalisés par Georges Gaillot, entrepreneur à Bazancourt. Elle est publiée dans la revue
    Référence documentaire :
    F.H. Églises, par M. Ch.-Henri Royer, 1932 F.H. Églises, par M. Ch.-Henri Royer. L'Architecture détruite depuis la porte du cimetière] / G.-A. Deville. [1918]. 1 impr. photoméc. : carte postale (coll décor sculpté] / G.-A. Deville. [1926-1927]. 1 impr. photoméc. : carte postale (coll. particulière).
    Escaliers :
    escalier demi-hors-oeuvre escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie suspendu
    Description :
    un plan en croix latine avec une nef à bas-côtés, une tour sur la croisée du transept, un chœur à chevet plat flanqué de deux chapelles rectangulaires ouvrant à la fois sur le chœur et les bras du transept. L'ensemble était voûté d'ogives à l'exception du chœur et du bras sud du transept couverts d'une vaisseaux à trois travées et le chœur d'une travée droite et d'une abside à trois pans. La travée droite du de la façade : son rez-de-chaussée sert à la fois de cage d'escalier pour la tribune et de chapelle taille à bossage. Le sol est revêtu de carreaux de ciment de plusieurs couleurs et les faces intérieures des murs sont enduites et peintes. La nef est couverte par un plafond en béton armé à poutres la nef est couvert par un toit à longs pans terminé par des croupes, les bas-côtés par des toits en appentis à demi-croupe, la travée droite du chœur par un toit à longs pans, l'abside par une croupe
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans croupe toit à longs pans croupe polygonale
  • Eglise paroissiale Saint-Remi de Pourcy
    Eglise paroissiale Saint-Remi de Pourcy Pourcy - en village - Cadastre : 2014 AA 25
    Historique :
    à pans coupés éclairés par des baies en plein cintre, protégeant une abside en cul de four remonte à cette période. La chapelle orientée est construite à la période moderne, au 16e ou 17e siècle. La nef romane a disparu au profit d'un vaisseau unique plus large et plus profond, plafonné, éclairé par de larges baies cintrées et ébrasées, probablement aménagé au cours des 16e et 17e siècles ; c'est à cette
    Référence documentaire :
    AD Marne. 7 J 20. Visites canoniques pour les doyennés classés par ordre alphabétique de A à V doyennés classés par ordre alphabétique de A à V. (1948-1950).
    Représentations :
    À l'extérieur, on trouve en haut à droite du portail axial en façade occidentale une pierre posée un axe métallique. Une frise de modillon orne le pan sud du chevet. À l'intérieur, les nervures des croisées d’ogives reposent sur des culots à motifs géométriques.
    Description :
    L'édifice est à une nef à un seul vaisseau plafonné ; l'abside est à trois pans éclairés par deux
    Texte libre :
    plus tard, le Conseil municipal accepte de se conformer à la nouvelle proposition soumise par M . Thiérot et son confrère M. Lamy, consistant à « déraser le clocher jusqu'au niveau de la voûte, en L'église Saint-Remi remonte au 2e siècle. Le chevet à trois pans coupés protégeant un chœur à abside en cul-de-four se rattache à cette période, ainsi que la base du clocher dont les contreforts probablement au 17e siècle que la nef a été reprise, élargie et peut-être allongée ; plafonnée, elle est 20e siècle après la première guerre mondiale. À la fin du 17e siècle, une visite canonique décrit sont entreprises à la suite de ce constat (demandes concernant l'état de l'église et de la paroisse de du 19e siècle. En 1842, la commune est autorisée à s'imposer extraordinairement la somme de 100 francs « pour acquitter la fin des réparations à exécuter à l'église », mais la nature desdits travaux paru les plus convenables, et s'est borné avec regret, à indiquer des travaux de consolidation dont
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Bourgogne
    Église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Bourgogne Bourgogne - rue de la Collinette - en village - Cadastre : 2014 AA 01 103
    Historique :
    de l'église paroissiale actuelle qui a commencé par le chœur, le clocher et le transept. La construction s’est poursuivie au 13e siècle par la nef. A la fin de ce siècle ou au siècle suivant une chapelle est ajoutée au sud du chœur. Le portail sud de la nef et la baie du bras sud du transept sont repris à nécessite d’être réparée : en 1698 au chœur, au clocher et à la nef. En 1780, une importante campagne de pignon occidental et la construction du porche du portail sud ainsi que de la chapelle dédiée à Sainte de la nef, le chœur et le transept. Le classement en 1921 permet la restauration à l'identique conduite de 1923 à 1927 par Bernard Haubold. En 1977, les maçonneries extérieures et les couvertures sont
    Référence documentaire :
    ordre alphabétique de A à V. (1948-1950). d’une chapelle (1879) ; travaux à la sacristie (1879) ; travaux à la couverture (1903). (1862-1909). A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton tourisme n°36a. (1918-2008) A Musée Hôtel Le Vergeur. Carton Bourgogne, église : plan au sol signalant les zones de travaux à entreprendre. 1921. (MAP. 81/51 /0018/36-1) Bourgogne, église : plan au sol signalant les zones de travaux à entreprendre / Bernard sol / Auteur inconnu. [s.d.]. 1 : 500. 1 dessin : en noir (A Musée Hôtel Le Vergeur. C3E n°3263). Vue d'une partie de l'église de Bourgogne (Champagne). (A Musée Hôtel Le Vergeur. C3E n°447) Vue .]. 1 est. : lithogr. : en noir. (A Musée Hôtel Le Vergeur. C3E n°447). , église : ensemble de 16 photographies / Auteur inconnu. [s.d.]. 16 photogr. pos. : n. et b. (A Musée BEIX. L'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Bourgogne BEIX, J-M. L'église Saint-Pierre-Saint-Paul de
    Représentations :
    Sur la façade occidentale, la porte centrale est surmontée d’une voussure en arc brisé à trois rouleaux présentant chacun un tore retombant sur des colonnes engagées à chapiteaux à crochets . L’archivolte est décorée d’une frise en boutons de roses agrémentée de deux têtes souriantes, un homme à gauche coiffé d’un cale et une femme à droite coiffée d’un touret. Le tympan est sans décor. L’archivolte de la rose à huit lobes du deuxième niveau reprend le même motif que celle du portail.
    Description :
    chœur. Elle est entièrement voûtée d'ogives. La nef à 3 vaisseaux comprend 4 travées, tandis que le , reposant sur des chapiteaux à feuillages et crochets. Les nervures de la croisée du transept retombent sur des colonnes à chapiteaux romans. La nef est renforcée par trois arcs-boutants au nord et au sud. Le chœur à chevet plat est flanqué de la sacristie au nord et de la chapelle de la Vierge au sud. Un d’horloge animent les façades ; elles sont ornées de chapiteaux à feuillages et crochets.
    États conservations :
    reconstruit à l'identique
    Texte libre :
    De la fin du 12e siècle à l'époque moderne : construction, agrandissements et restaurations La la paroisse de Bourgogne. Cette construction a semble-t-il remplacé un édifice plus ancien, dont il clocher, puis le transept et se poursuit au 13e siècle par la nef. A la fin de ce siècle ou au 14e siècle est édifiée la chapelle sud. A la fin du 15e ou au début du 16e siècle sont aménagées le portail sud ainsi que la baie du bras du transept voisin (MAP, 81/51/0018/36-1). La région a subi de nombreux allemande en 1592. Aussi, l’église de Bourgogne n’a pas été épargnée par les pillages et les dégradations volontaires. En 1698, d’importantes réparations sont effectuées au chœur, au clocher et à la nef. Les Henriet) ; en 1765, réparations à la nef et au portail ; en 1780, reconstruction des combles et de la porche du portail sud ainsi que de la chapelle dédiée à Sainte Anne (AD Marne, C 1812, dans l’article de Jacques Henriet). Cette dernière campagne, conséquente, assure à l’édifice une stabilité qui ne
    Couvertures :
    toit à longs pans pignon découvert toit à longs pans pignon couvert
  • Église paroissiale Saint-Eloi
    Église paroissiale Saint-Eloi Chaumont-Porcien - Adon - en village - Cadastre : 1998 AL 18
    Historique :
    . Cette dernière fut reconstruite entre 1873 et 1875 sur les plans de M. Thiérot, architecte à Reims, pour Pierre Charles Jadart, né et domicilié à Adon où il mourut le 6 juillet 1860, laissa par testament la somme de 32000 francs et fut bénite le 5 octobre 1876 par M. l´abbé Pierret, archiprêtre de Rethel . Des travaux de restauration eurent lieu à partir de 1921 sous la direction de G. Frat, architecte demeurant à Vitry-sur-Seine (un premier projet avait été établi par Gavard mais il ne fut pas suivi d'effet
    Description :
    un plan en croix latine. La nef à vaisseau unique de deux travées est précédée par un massif quadrilobées. Le clocher comporte un portail à voussures surmonté par une étroite baie en plein-cintre couverts d'un toit à longs pans, la tourelle d'escalier par un toit polygonal et le clocher par une flèche
    Illustration :
    Eglise paroissiale. Elévation, coupe suivant A-B, plan IVR21_20130869988NUC2A
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Eglise paroissiale Saint-Jacques de Villers-sous-Chatillon
    Eglise paroissiale Saint-Jacques de Villers-sous-Chatillon Villers-sous-Châtillon - en village - Cadastre : 2014 AB 96
    Historique :
    L'église Saint-Jacques paraît remonter à la fin de la période romane pour ce qui concerne le chevet relatifs à cet édifice offrent une vision pour le moins sommaire de son histoire contemporaine. Outre la projet de reconstruction élaboré par les architectes A. Laruelle et Félix en 1924 ne débute pas avant
    Représentations :
    de faîtage sont à motifs géométriques. Les chapiteaux des colonnettes des baies géminées du clocher , au sommet du niveau 2 et en rive de toiture, d’un rang de modillons à motifs géométriques. Il est rang de modillons à motifs géométriques. Ornementation intérieure : à l’entrée se trouve un très beau , noir et orangé. Il porte une étoile à six branches en son centre, puis deux triangles entrelacés inscrits dans le cercle et enfin les extrémités d’une grande étoile à six branches. Le petit bénitier
    Description :
    L’église est en plan allongé, à trois vaisseaux, sans transept, au chevet droit. La nef se compose d’un vaisseau central à plafond plat, de deux bas-côtés au plafond rampant et d’un chœur au chevet plat remarque par sa tourelle d'escalier, ses baies plein-cintre et à arc brisé, ses contreforts et les
    Texte libre :
    Présentation historique L'église Saint-Jacques paraît remonter à la fin de la période romane pour Chenizot. Les archives consultées se rapportent uniquement à la période contemporaine. En 1853, la commune fait appel à l'architecte Édouard Thiérot afin d'intervenir sur le clocher qui menace de s'effondrer de la tour allégera utilement les points d'appui […] la charpente qui est bien combinée contribuera à certaine ; la tourelle où sera établi cet escalier donnerait de la physionomie à l'église si cette addition , recouvrement des épis de toit) ou ne correspondant pas à la taille demandée, vieux bois utilisé à la place de certaines pièces de bois neuf, cloches disposées à une mauvaise hauteur, ou encore finitions intérieures insatisfaisantes. Le procès-verbal est suspendu jusqu'en juillet 1857 pour permettre à l'entrepreneur de rectifier travaux dressé par M. Menu (procès-verbal de réception définitive des travaux, 1856-1857. AD Marne 2 O Marne 2 O 4906), mais cette dernière refuse puisqu'elle n'a pas été consultée en amont de ce projet qui
    Illustration :
    Mosaïque de pavement à l'entrée. IVR21_20165123238NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans pignon découvert
1