Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 14 sur 14 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Cliron - place Destrée, P. - en village - Cadastre : 1989 D 69
    Historique :
    L'édifice a été bâti dans la première moitié du 16e siècle (d'après les baies du chœur et la pile à chapiteau nord de la travée d’avant-chœur) ; le collatéral sud a dû être ajouté un peu plus tard. Les et du chœur. Le portail de style classique a été construit au 17e siècle et la sacristie en 1717 comme l'indique la date du lavabo. Elle fut fortifiée vraisemblablement à la fin du 16e siècle ou au 17e
    Observation :
    Eglise fortifiée par le biais de nombreuses bouches à feu et quelques bretèches ; comble-refuge à l'étage du clocher. Par suite d'une fusion des communes de Cliron et Montcornet, l'église a été située
    Description :
    trois vaisseaux à trois travées est précédée par la tour du clocher. Une travée d'avant-choeur est et d'une abside à trois pans. Les murs sont élevés en moellon calcaire de type Romery mais les baies du clocher présente un portail en plein-cintre à agrafe encadré par deux pilastres toscans supportant un entablement dorique et un édicule à niche centrale. Les volumes intérieurs sont voûtés d'ogives à pénétration dans des colonnes. La base des murs comporte de nombreuses ouvertures de tir dont certaines à sont couverts de toits à longs pans, celui de la sacristie par un toit en appentis, l'abside par une
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Annexe :
    La clé de voûte de la 3e travée de la nefporte l'inscription : L. DE LVME / I. PETIT M. DECOL / TARZY OVDAR / E. THOINELE / R. DELVME / M.L. ADAM CVRE DE. CLIRON / I. DE LVME. M. DESCOLECI / DEVANT
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Remy
    Église paroissiale Saint-Remy Viel-Saint-Remy - rue Devant l'église - en village - Cadastre : 1997 C 360
    Historique :
    , elle fut donc jugée apte à être conservée). Restaurations en 1821 et 1894 suivant un devis établi par l pierre de taille de Lérouville). Au Moyen Age, l'église appartenait à l'abbaye Saint-Rémi de Reims.
    Observation :
    Choeur fortifié par le biais d'ouvertures de tir à la française et deux échauguettes.
    Référence documentaire :
    H 23 ; H 28 ; M 1 ; M 6 ; M 7 Archives communales Archives départementales des Ardennes, Archives
    Description :
    nord-est. Elle présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de trois travées est suivie par le d'une abside à trois pans. Le clocher en charpente de plan carré est campé au faîtage de la nef, à en petit et moyen appareil ; la nef comporte une maçonnerie enduite à faux-joints avec chaîne en encadré par deux pilastres toscans soutenant un fronton triangulaire ; de modestes portails à linteau défensives avec des ouvertures de tir (le choeur présente également des canonnières à la française dont des parties 13e siècle retombent sur des piliers (soutenant également des arcs brisés) à colonnettes à chapiteau et celles des parties 16e siècle sont à pénétration dans des colonnes à bases prismatiques. La nef comporte de hautes arcades de style classique à agrafes. L'ensemble des couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef, la travée droite du choeur et les bras du transept sont couverts de toits à longs pans appentis et le clocher par un toit en pavillon surmonté d'un lanternon à dôme.
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Rémi
    Église paroissiale Saint-Rémi Cheveuges - en village - Cadastre : 1996 AC 86
    Historique :
    . Dans le pouillé de Bauny daté de 1779, le seigneur était M. de Roucy, les décimateurs, M. de Roucy, le
    Description :
    présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de trois travées est suivie par une massive tour du peut-être dû à un remaniement) ; le fronton comporte une niche en plein-cintre dont la base est ornée sur les côtés de quatre modillons à figures humaines ou animales. La porte est encadrée par deux colonnes à chapiteaux cubiques et gravés supportant un arc en plein-cintre formé d'un tore ; le tympan en couvertures de l'édifice est en ardoise. La nef est couverte d'un toit à longs pans, le clocher d'un toit en pavillon, la sacristie d'un toit à longs pans à croupe et la tourelle d'escalier d'un toit en appentis.
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Pierre-du-Prieuré
    Église paroissiale Saint-Pierre-du-Prieuré Novy-Chevrières - rue de Eglise - en village - Cadastre : 2013 AB 68
    Historique :
    classique (grand ordre de pilastre composites à l´intérieur, murs-boutants). Restauration vers 1887 par M ´architecture gothique (voûtes d´ogives, arc brisé des grandes-arcades et des fenêtres) mêlés à un vocabulaire . Paille, architecte à Rethel. Touchée pendant la Première Guerre mondiale, elle fut à nouveau restaurée consentement de Mélisende de Monthery, sa femme et de ses fils, fonda un prieuré à Novy en mémoire de son fils religieux et le rattacha à l´abbaye Sainte-Marie Sauve-Majeur, du diocèse de Bordeaux. Suite aux ravages dépendait jusque-là de celle de Faux et ne disposait que d'une chapelle dédiée à Sainte-Catherine. Une église fut donc bâtie en étant accolée à la façade occidentale de l'église du prieuré et fut consacrée le
    Observation :
    Rare édifice du département entièrement bâti à la fin du 17e siècle. Etat de préservation et
    Référence documentaire :
    principales curiosités publiée à l´occasion de la loi du 30 mars 1887 pour la conservation des Monuments . Notices sommaires de leurs principales curiosités publiée à l´occasion de la loi du 30 mars 1887 pour la
    Description :
    au nord-est. Elle présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de six travées est suivie par le choeur qui se compose de deux travée droites et d'une abside à trois pans. La première travée du vaisseau collatéral nord. La façade ouest est entièrement masquée par l'ancienne église paroissiale à deux niveaux collatéraux présentent des voûtes d'ogives à liernes et tiercerons. Les murs sont percés de baies en tiers -point à remplage. Le portail principal, situé au mur sud de la première travée de la nef, comporte un linteau droit encadré par des chapiteaux ioniques supportant un entablement et un fronton cintré brisé à corinthiens tandis que les voûtes retombent sur des chapiteaux composites. Une porte donnant accès à la couverture de l'édifice est en ardoise. La nef et les travées droites du choeur sont couvertes d'un toit à longs pans (à croupe côté occidental), les collatéraux de toits en appentis, l'abside par une croupe polygonale et le clocher par un toit à l'impériale polygonal surmonté d'un lanternon couvert de même.
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Novy (Ardennes) - L'Eglise / A. Wilmet photographe. Rethel : A. Wilmet édit., [ca 1918]. 1 impr 3 - Novy (Ardennes) - Intérieur de l'Eglise / A. Wilmet photographe. Rethel : A. Wilmet édit., [ca [Intérieur, partie nord de la nef et chaire à prêcher en bois sculpté] / Jean Gourbeix photographe Première travée du collatéral sud avec le portail principal de l'église et, à gauche, l'ancienne église paroissiale accolée à la façade occidentale IVR21_20130869419NUC2A Porte d'accès à la sacristie IVR21_20130869425NUC2A
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à l'impériale
  • Église paroissiale Saint-Juvin
    Église paroissiale Saint-Juvin Saint-Juvin - en village - Cadastre : 1996 D 262
    Historique :
    La construction de l'église a été entamée en 1614, à 350 m de l'ancien édifice. Les travaux furent l´aide du seigneur Claude de Joyeuse, comte de Grandpré ; un cadran solaire à l'angle sud-est porte réalisées) ; elle fut consacrée en 1648. L'édifice eut beaucoup à souffrir de la Première Guerre mondiale l'intérieur). En 1106, Manassès II, archevêque de Reims, légua à l´abbaye de Saint-Denis de Reims l´autel de Saint-Juvin. D´après la légende, le village remonterait au 10e siècle, époque à laquelle Juvin, mort en
    Observation :
    Edifice homogène bâti très rapidement entre 1614 et 1624 ; fortifié par de biais d'arquebusières à
    Référence documentaire :
    p. 23 Des statues à Saint-Juvin. Horizons d'Argonne, 1964, n°3 TILLOY, R. Des statues à Saint
    Description :
    percés de baies étroites en plein-cintre ou de baies en arc brisé à remplage. Les façades ouest et sud comportent un portail en plein-cintre encadré par deux colonnes à chapiteau supportant un fronton à base interrompue. Les deux portails sont protégés par des bretèches (une troisième était ménagée à l'aplomb de la arquebusières à ébrasement externe et les parties supérieures d'autres à ébrasement interne. Les vaisseaux comportent des arcades en arc brisé supportées par des colonnes à chapiteaux composés d'impostes supportés couverture est en ardoise et la charpente en béton armé. L'ensemble est couvert d'un toit à longs pans à
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Didier
    Église paroissiale Saint-Didier Asfeld - en village - Cadastre : 1985 AC 246
    Historique :
    Reimbeau, architecte à Reims puis sous la direction de M. Ronsin, architecte à Rethel, et opérés par un s´engagea, en juin 1675, à la reconstruire sur une place voisine. Le 18 juin 1680 intervint une date de 1683 est inscrite sur la coupole, à l'ouest. D'après les sources, les plans furent donnés par de passer plusieurs années à Rome et qui, après son retour en France, fut adjoint à François Mansart pour la construction du Pont Royal à Paris). Un doute subsiste cependant car les autres édifices mis en relation avec celui d'un disciple de Borromini, l'italien Guarino Guarini, qui était à Paris en 1662 pour construire l'église baroque Sainte-Anne-la-Royale à Paris (détruite) et à rapprocher l'édifice. Des réparations eurent lieu de 1865 à 1868 grâce à abbé Lamorlette et les conseils d'Auguste maçon du pays, M. Goussiez. Une campagne d'embellissements intérieurs intervint en 1890 : décoration intérieure due à la maison Durieux, de Reims, vitraux par les ateliers Bourgeois, de Paris, et grilles d
    Référence documentaire :
    p. 84 POQUET, A. La vallée de l´Aisne. Almanach Matot-Braine, année 1876. pp. 264-266 Excursion dans la vallée de l´Aisne. De Vouziers à Asfeld. Almanach Matot-Braine, année 1902 BAUDON, Albert. Excursion dans la vallée de l´Aisne. De Vouziers à Asfeld. Almanach Matot-Braine
    Représentations :
    A l'intérieur, le niveau d'entablement est décoré des noms et quatre évangélistes et de rinceaux
    Description :
    curviligne terminé par une rotonde qui ressemble à une basse de viole. La partie trapézoïdale se compose de différents éléments agencés de la sorte (d'ouest en est) : un vaste porche ovale à colonnade protège un surmonté d'un imposant clocher puis d'un espace de circulation trapézoïdale menant à l'espace liturgique de dalles calcaire et celui du choeur par un damier de marbre noir et de carreaux de céramique à chapelles de la rotonde. A l'intérieur, à partir de la base du clocher, deux escaliers muraux courbes permettent d'accéder aux tribunes qui débutent à l'étage de l'espace de circulation trapézoïdale et une vaste coupole et les chapelles par des culs-de-four. A l'extérieur, la partie trapézoïdale est ceinturée par un péristyle à colonnes en brique ; le clocher passe d'un plan carré à la base, à un plan octogonal dont quatre angles sont occupés par des colonnes géminées et des pots à feu. Les volumes entablement à courbes concaves supporté par des pilastres. La couverture de l'édifice est en ardoise. Le
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    ) / A. Wilmet photographe. Rethel : A. Wilmet édit., [ca 1900]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n Vallée de l'Aisne. Asfeld-le-Ville (Ardennes) - Intérieur de l'Eglise / A. Wilmet photographe . Rethel : A. Wilmet édit., [ca 1900]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ardennes : 8 Fi 1 des parties à restaurer IVR21_20130868776ZZ
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Eglise paroissiale Notre-Dame
    Eglise paroissiale Notre-Dame Renwez - place de Eglise - en ville - Cadastre : 2013 AB 201
    Historique :
    participer financièrement à cette entreprise. Les voûtes de la nef et des bras du transept n'ont dû être encore incendié en août 1653 par les troupes espagnoles qui assiégeaient Rocroi et cherchaient à se suite à un incendie survenu en 1768. En 1801, Bonaparte chargea trois artisans de visiter l'église le gargouilles. Des réparations furent effectuées aux murs en 1845 et à l´escalier du grand portail. En 1869, on lieu de la pierre de taille d'origine encore en place à certaines parties) signes de ces restaurations
    Observation :
    La voûte du choeur et ses chapiteaux est tout à fait exceptionnelle dans sa morphologie, de même présents notamment aux chapiteaux de la tribune, à ceux des deux grandes colonnes et en plusieurs endroits
    Référence documentaire :
    de Rocroi, automne 2005, n°17 BOUCHE, M. Notice sur l'église de Renwez, arrondissement de Mézières
    Représentations :
    Les armoiries de France sont présentes à la corniche du flanc sud de la nef et à la baie du mur
    Description :
    . C'est une église-halle qui présente un plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de trois travées est précédée par la tour du clocher, elle-même précédée par un avant-corps qui devait être à usage de le choeur qui se compose d'une travée droite et d'une abside à trois pans. La sacristie est située dalles de marbre noire et celui du choeur de carreaux à motifs géométriques. Les faces intérieures des murs sont enduites. Les murs sont percés de vastes baies en arc brisé avec archivolte. Le portail à la rose, l'ensemble étant compris sous des voussures en arc brisé et un vaste gâble à rampant orné de d´une voûte à liernes et tiercerons dont les ogives forment des diaphragmes percés de jours décoratifs. Des étrésillons clavés transmettent les poussées des voûtes du vaisseau central de la nef à couverture de l'édifice est en ardoise. La nef et la travée droite du choeur sont couverts de toits à longs pans, les bras du transept de longs pans à pignons découverts, l'abside par une croupe polygonale, la
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Église paroissiale Notre-Dame
    Église paroissiale Notre-Dame Sorcy-Bauthémont - en village - Cadastre : 1998 B 195
    Historique :
    clocher a été réalisé dans la seconde moitié du 12e siècle. Le choeur et la chapelle sud du faux-transept séparées de quelques années ; l'arc triomphal et la voûte de la croisée ont également été reconstruits à cette époque. La chapelle nord est plus difficile à dater mais elle pourrait remonter au 13e siècle l´ordre de Prémontré et dans le pouillé de Bauny datant de 1780 le seigneur était, M. de Collorgues à Paris et les décimateurs, les religieux de Septfontaines, l´abbé d´Elan, les religieux de Saint
    Représentations :
    A l'intérieur, présence d'une litre funéraire sous l'enduit (dégagée au niveau de la travée d'avant porcs. Chapiteaux feuillagés en façade et à l'intérieur de la travée d'avant-choeur.
    Description :
    plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de quatre travées est suivie par un faux-transept ; ce dont celle au nord comporte une travée droite et une abside à trois pans. Le chœur est édifié sur le sont percés de baies à remplage, celle de la chapelle nord de grandes baies en plein-cintre et celle de par un portail à voussures et colonnettes à chapiteau encadré de colonnettes géminées sur trois à feuilles d'acanthe plates, frises végétales rythmant les niveaux, soulignant les volumes. Le portail d'entrée est à tympan nu, où l'on peut encore voir des traces de polychromie très effacées. Un oculus quadrilobé à large remplage surmonte le portail. La nef et la chapelle nord sont plafonnées et les parties orientales sont voûtées d'ogives retombant sur des colonnettes à chapiteaux sculptés. De chaque couvertes par des toits à longs pans, la chapelle sud par un toit à longs pans à pignon découvert, la
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église priorale Notre-Dame et Sainte-Croix, actuellement église paroissiale Saint-Nicolas
    Église priorale Notre-Dame et Sainte-Croix, actuellement église paroissiale Saint-Nicolas Rethel - place Anatole France - en ville - Cadastre : 2013 AH 54
    Historique :
    Un prieuré fut fondé en 1118 par le comte de Rethel, Hugues Ier, et donné à l´abbé de Saint-Remi de en 1127, Eugène III en 1145. Cette église priorale dédiée à Notre-Dame et à Sainte-Croix, comportait trois vaisseaux, celui au sud étant dédié à la paroisse et comportait une chapelle Saint-Nicolas. En chœur. Il ressort donc de ce passage que le chœur venait d'être rebâti. Par rapport à l'ancienne nef, la correspondant à la chapelle Saint-Nicolas étaient destinés à disparaître pour augmenter le terrain du cimetière grenier du prieuré. Le prieur était tenu de réparer à ses frais et de raccorder à la nouvelle nef les clocher. Mais les travaux ne furent pas exécutés à la lettre : 22 ans après, la tour qui devait être par une tour élevée à l´entrée de l´église dont la réception eut lieu en mars 1301. En 1313 on décida de l´église et un maçon de Biermes nommé Rambaut le Buz pour des ouvrages de maçonnerie à réaliser le monument avait été remis à neuf et réparé de façon somptueuse. Mais d'autres travaux (probablement
    Référence documentaire :
    pp. 117-122 Notes relatives à quelques travaux d´art exécutés à Rethel au 16e et 17e siècle . Almanach Matot-Braine, année 1902 BAUDON, Albert. Notes relatives à quelques travaux d´art exécutés à pp. 238-242 Excursion dans la vallée de l´Aisne. De Vouziers à Asfeld. Almanach Matot-Braine, année 1902 BAUDON, Albert. Excursion dans la vallée de l´Aisne. De Vouziers à Asfeld. Almanach Matot-Braine p. 301 Cadrans solaires. Légendes et devises horaires à Reims, dans la Région, en France devises horaires à Reims, dans la Région, en France. Département des Ardennes. Almanach Matot-Braine Champagne et de Brie, 1925-1926 BAUDON, A. Les carrières de Semuy et les travaux de Rethel au 17e siècle Histoire de la ville de Rethel depuis son origine jusqu´à la Révolution. 2002. Fac-similé de l ´édition originale de 1847 JOLIBOIS, Emile. Histoire de la ville de Rethel depuis son origine jusqu´à la
    Représentations :
    Chapiteaux à crochet et feuillages dans le collatéral, la nef et le choeur nord ; chapiteaux
    Description :
    présente un plan allongé à deux nefs de quatre travées et deux collatéraux chacune accompagnée d'un collatéral : celui au nord à cinq travées et abside hemicirculaire et celui au sud à quatre travées ; le méridional de deux travées droites et d'une abside à trois pans. La sacristie est située dans l'angle du collatéral sud et du choeur. L'imposante tour de clocher est accolée à la façade occidentale du collatéral parties sud de vastes baies à remplages flamboyants. Les nefs et leurs collatéraux comportent des arcades en arc brisé à chapiteaux sculptés supportant des voûtes d'ogives dont certaines à liernes et inclu sous des voussures prismatiques reposant sur des ébrasements à nervures et bases de même mouluration ; les voussures se terminent par un gâble à niche centrale incorporé dans une balustrade ; cet portail à porte en plein-cintre à clé en bossages moulurés un-sur-deux surmonté par un fronton cintré brisé à volutes supérieures rentrantes ; l'ensemble est présenté sous un fronton triangulaire et un
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Rethel (Ardennes) - Une vue du Transept de l'Eglise Saint-Nicolas / A. Wilmet photographe. Rethel : A. Wilmet édit., [ca 1920]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AD Ardennes : 8 Fi 8 . 1 plan : en noir (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine : 56869(A)FR) IVR21_20130868823ZZ Pilier de la travée ouest de la nef septentrionale qui supportait à l'origine le clocher Chapiteaux des 4e (à gauche) et 5e travées du collatéral nord IVR21_20130869550NUC2A
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Sulpice
    Église paroissiale Saint-Sulpice Chémery-sur-Bar - place de Eglise - en village - Cadastre : 1986 AO 15
    Historique :
    au clocheton, à la tour du clocher et à la toiture en général. Début des travaux de restauration le , construction d'un contrefort côté village, qui n'existait pas auparavant ; à l'intérieur, la fausse voûte de la travaux intérieurs durèrent un an, entre 1961 et 1962. La totalité des travaux, suivis par M. Rocard Reims à raison de sa prébende. Le pouillé de Bauny daté de 1779 donne le chapitre de Reims et le curé
    Description :
    nord-est. Elle présente un plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de quatre travées est précédée par le clocher. Le transept à deux travées est saillant et le choeur présente un plan carré. La moellon calcaire avec chaîne en pierre de taille (une partie de la pierre proviendrait de carrières à la colonnettes à chapiteaux sculptés. La nef présente des arcades basses à piliers carrés et impostes (seuls ceux sculptés d'oves sont encore d'origine) surmontés de petites baies en plein-cintre à ébrasement bas prononcé (aujourd'hui aveugles depuis un remaniement des toitures). Les collatéraux sont voûtés d'ogives à pénétration voûtes d'ogives retombant sur des colonnettes à chapiteaux toscans ou à chapiteaux feuillagés pour les les bras du transept sont couverts de toits à longs pans à croupe, la sacristie par un toit en appentis et le clocher par un toit en pavillon surmonté d'un clocheton à flèche polygonale.
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Le portail sud, accès à l'église IVR21_20130862579NUC2A Piédroit du portail sud, à droite IVR21_20130862582NUC2A Chapiteaux du piédroit du portail sud, à droite IVR21_20130862583NUC2A Clef de voûte de la croisée du transept, à tête humaine sculptée IVR21_20130862592NUC2A
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Notre-Dame
    Église paroissiale Notre-Dame Nouvion-sur-Meuse - R.D. 34 - en ville - Cadastre : 2013 AC 364
    Historique :
    l'avant-dernier contrefort nord datent du début du 13e siècle d'après les chapiteaux à crochet conservés au revers du chevet. Le reste de l'édifice a été reconstruit dans les années 1520-30. Une campagne des murs gouttereaux, construction d'un édifice dans l'angle sud-est à usage de sacristie au rez-de -chaussée et d'une pièce refuge avec cheminée à l'étage. Le clocher a dû être édifié à la fin du 17e siècle (des ouvertures sur son flanc nord peuvent faire penser à des éléments défensifs). Partie supérieure du
    Observation :
    Edifice assez puissamment fortifié notamment par le biais d'une tour carrée dont le comble a été
    Référence documentaire :
    pp. 12-17 Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes ardennaises, 1966, n °47 PLAT-TAINTURIER, Claude. Inventaire des cuves baptismales recensées de 1963 à 1965. Etudes
    Représentations :
    Des armoiries sont peintes sur une colonne du choeur : de gueule à deux peignes d'argent . Chapiteaux à crochet au mur du chevet.
    Description :
    légèrement orientée au nord-est. Elle présente un plan allongé. La nef à trois vaisseaux de trois travées est étage était à usage de salle refuge avec cheminée et l'escalier en équerre pour y accéder est inscrit percés de baies à remplage peu développées. Des arquebusières sont ménagées à la base ou au sommet des portails latéraux de la nef. Le clocher comporte un portail à linteau à plate-bande formant fronton polygonal à trois pans surmonté d'une niche, l'ensemble étant encadré par des pilastres toscans. Les volumes intérieurs sont voûtés d'ogives (à liernes et tiercerons pour la première travée de la chapelle sud) à pénétration soutenues par des arcades en arc brisé et des colonnes à bases prismatiques. L'ensemble des couvertures de l'édifice est ardoise. La nef et la sacristie sont couvertes de toits à longs pans (à croupe
    Annexe :
     : P. GOUVENEAUX (...) LE NOTRE M[AITRE] N. COTREAU CURE.
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Martin
    Église paroissiale Saint-Martin Poix-Terron - rue de Eglise - en village - Cadastre : AB 145 1982
    Historique :
    . Une restauration de l´église a été effectuée en 1938 par M. Locatelli, entrepreneur, sous la conduite la vicomtesse de Duremort, M. de Seure à Gruyères, M. de Crèvecoeur à Mazerny et les décimateurs le La partie la plus ancienne de l'église est la croisée du transept qui doit remonter à la fin du 12e siècle ; le bras sud du transept pouvait originellement avoir été édifié à la même époque car l'arcade , celle de la partie sud de la croisée est différente (notamment au niveau de l'imposte) car on a plus tard que la croisée mais le reste de la nef a été entièrement reconstruit dans la première moitié du 19e siècle (toutes les baies du reste de l'édifice ont été uniformisées à cette époque). Le bras Maréchal de Saint-Paul et le Duc de Lorraine furent battus par les royalistes ayant à leur tête le duc de
    Référence documentaire :
    pp. 182-186 Excursions épigraphiques ardennaises. De Vendresse à Launois. Almanach Matot-Braine , année 1909 BAUDON, Albert. Excursions épigraphiques ardennaises. De Vendresse à Launois. Almanach Matot
    Description :
    L'église Saint-Martin est implantée à la sortie est du village, à flanc de colline. Edifice à plan en croix latine. La nef à trois vaisseaux de quatre travées est suivie par un transept saillant dont . La première partie de la nef est occupée par une tribune à laquelle on accède par un escalier surmontant des voussures en plein-cintre reposant sur un imposte mouluré et sur deux colonnes à chapiteaux couverture est en ardoise. La nef, le choeur, les bras du transept et la sacristie sont couverrts de toits à
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Église paroissiale Saint-Clair
    Église paroissiale Saint-Clair Hagnicourt - en village - Cadastre : 1990 B 23
    Historique :
    remonter au 12e siècle. A la fin du 12e siècle, on réedifia la façade occidentale et le mur nord de la nef  ; le clocher et le choeur ont été réalisés quelques décennies plus tard. Les bas-côtés ont disparu a une époque indéterminée. A la fin du 14e siècle, on construisit la chapelle sud. La sacristie date du l'archidiacre de Reims. Dans le pouillé de Bauny daté de 1780, le seigneur était M. de Lécuyer et les
    Représentations :
     : personnages en buste ou jambes croisées, chapiteaux végétaux. Chapiteaux à crochet au portail occidental
    Description :
    -est. Elle présente un plan allongé. La nef à vaisseau unique est suivie par le choeur dont la première travée supporte la tour du clocher et s'ouvre, à l'est, sur une abside à trois pans et, au sud, sur une étroites baies en arc brisé, la nef de baies en plein-cintre et la chapelle sud de vastes baies à remplage . La nef est plafonnée et les parties orientales sont voûtées d'ogives retombant sur des colonnettes à chapiteaux. La façade occidentale comporte un portail à archivolte et voussures en plein-cintre reposant sur des colonnettes à chapiteaux sculptés ; l'ensemble est inscrit sous un arc brisé contenant un vaste couverts par des toits à longs pans à croupe et le clocher par un toit en pavillon.
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Présentation du mobilier de l'Église paroissiale Saint-Marcel de Saint-Marcel (Ardennes)
    Présentation du mobilier de l'Église paroissiale Saint-Marcel de Saint-Marcel (Ardennes) Saint-Marcel - en village
    Historique :
    L'église a été construite au 16e siècle. On peut encore voir de cette époque les verrières du et le Christ en croix. Deux Vierge à l'Enfant du 14e et du 17e siècle garnissent également l'édifice . Au 18e siècle, sont mis en place le maître-autel, la chaire à prêcher et les statuettes de l'autel
    Annexe :
    20e siècle, h = 100 (A) - Tabourets d'église (3), bois, 18e siècle (1) et 19e siècle (2), h = 56,5 et , h = 152 (C) - Cloches (2), bronze, 1924 (D) - Harmonium, bois vernis, P. Alibonssy à Verdun moitié 19e siècle, h = 30 (J) - Seau à eau bénite, laiton, 19e siècle, h = 30 (K) - Baiser de paix : la , cuivre, 2e moitié 19e siècle, h = 14 (M) - Reliquaire-monstrance de saint Augustin et sainte Philomène , métal doré, verre coloré, poinçon de maître carré : Ernest Touchard (poinçon insculpé à partir de 1868 ) - Couronne végétale, métal doré, 2e moitié 19e siècle (R) - Paire de chandeliers d'église à branches, métal
1