Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 216 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Usine de menuiserie J. et C. Marchadier, actuellement maison
    Usine de menuiserie J. et C. Marchadier, actuellement maison Sermaize-les-Bains - 14-16 rue Lombard - en ville - Cadastre : 1981 AK 284, 285, 287
    Historique :
    l'architecte A. M. Turin. Lors de l'enquête initiale, en 1991, la menuiserie fonctionnait au ralenti. Lors du
    Auteur :
    [architecte] Turin A. M.
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Briqueterie Pierrard, puis Pierrard Frères et M. Tinchy
    Briqueterie Pierrard, puis Pierrard Frères et M. Tinchy Sachy - Le Poirier la Truie - R.N. 43 - en écart - Cadastre : 1989 ZA 16, 17
    Historique :
    La fondation d'une briqueterie à cet endroit remonterait à 1840. Elle appartient en 1860 à François activité sous la direction des descendants Pierrard (vers 1930 un papier à entête indique la raison sociale Pierrard-Leclerc). Après la Seconde Guerre mondiale, la briqueterie prend le nom de Pierrard Frères et M . Tinchy. L'arrêt définitif de la production n'est pas connu avec précision. La cheminée a été détruite d'activité annuelle s'étendant de mai à septembre et pour une production de 500 000 briques. En 1940, la production y est de 8000 briques pleines par jour : un projet d'agrandissement prévoit alors de passer à une production journalière de 60 à 80 000 briques pleines et creuses. Le projet est encore d'actualité après la
    Description :
    l'emplacement) et, tout proche, le logement patronal en rez-de-chaussée surélevé, à couverture de tuile mécanique. Un toit à longs pans et charpente en bois apparente abrite un grand bâtiment en brique de plan rectangulaire, à l'intérieur duquel se trouve un four annulaire à dix compartiments présentant cinq entrées sur
    Titre courant :
    Briqueterie Pierrard, puis Pierrard Frères et M. Tinchy
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Appellations :
    Pierrard, puis Pierrard Frères et M. Tinchy
    Illustration :
    Dans le four : voûte percée par les orifices où passe le charbon en poudre nécessaire à la cuisson
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de ferblanterie des Ets Sainte-Marie, Dupré, Lelièvre et Cie, puis menuiserie M. Lefèvre et Cie, actuellement immeubles d'habitation
    Usine de ferblanterie des Ets Sainte-Marie, Dupré, Lelièvre et Cie, puis menuiserie M. Lefèvre et Cie, actuellement immeubles d'habitation Reims - 10 rue Boudet - en ville - Cadastre : 1983 AX 680
    Historique :
    cesse vers 1970 et laisse la place à une menuiserie, dont la raison sociale en 1991 (enquête initiale d'habitation ont été édifiés à son emplacement.
    Description :
    avait lieu dans un premier atelier en rez-de-chaussée couvert de sheds et dans un second à un étage
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Titre courant :
    Usine de ferblanterie des Ets Sainte-Marie, Dupré, Lelièvre et Cie, puis menuiserie M. Lefèvre et
    Appellations :
    dite usine de ferblanterie Ets Sainte-Marie, Dupré, Lelièvre et Cie, puis menuiserie M. Lefèvre et
    Destinations :
    immeuble à logements
    Illustration :
    Immeuble à logements construit sur l'ancien site industriel IVR21_20145102347NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à farine Charbonneau
    Moulin à farine Charbonneau Justine-Herbigny - Justine - rue du Moulin - en village - Cadastre : 1998 C 510, 636
    Historique :
    Moulin implanté au milieu du 19e siècle par M. Charbonneau et dont l'activité a subsisté jusque
    Observation :
    Moulin Charbonneau : M Charbonneau, 1857-66 ; remplacement du repère définitif, 1905 ; vérification
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    Le moulin et le logement patronal attenant à deux étages carrés sont construits en pan de bois avec des toits à longs pans à croupe et demi-croupe et charpente en bois apparente couverte d'ardoise. A gauche, dans la cour, un logement est bâti en brique avec un toit à deux pans à demi-croupe couvert d'ardoise et une écurie du même modèle excepté pour le toit à longs pans.
    Titre courant :
    Moulin à farine Charbonneau
    Illustration :
    Moulin à farine Charbonneau de Justine-Herbigny : vue depuis l'aval. [1er quart du 20e siècle]. 2 Moulin à farine Charbonneau de Justine-Herbigny : vue depuis l'amont. [1er quart du 20e siècle]. 2 Le vannage côté aval : à gauche la salle des turbines. IVR21_20090804816NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Usine à gaz de Charleville, actuellement bureau SOFILO-Gaz de France
    Usine à gaz de Charleville, actuellement bureau SOFILO-Gaz de France Charleville-Mézières - rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2008 AT 88 à 98, 101, 168 à 170
    Historique :
    L´usine construite en 1842 produit du gaz à partir de houille (du sulfate d´ammoniaque y était
    Référence documentaire :
    p. 167-168 Les années 1900 CART. M., Les années 1900. Revue Historique Ardennaise, tome XXXIII
    Dénominations :
    usine à gaz
    Description :
    ferrée reliant Charleville à Hirson. Les bâtiments les plus anciens (années 1920-30) sont en pan de béton armé hourdé de brique et voûte Caquot ou en brique et toiture en shed. A l´intérieur des magasins de terrasse (milieu des années 1960). A l´extrémité ouest, les logements ouvriers sont constitués de deux maisons en pierre de taille de calcaire de Dom-le-Mesnil, sur un étage carré, toiture à deux pans et couverture en tuiles mécaniques. D´autres logements se trouvent situés à l´autre extrémité Est, en moellon
    Localisation :
    Charleville-Mézières - rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2008 AT 88 à 98, 101, 168 à 170
    Titre courant :
    Usine à gaz de Charleville, actuellement bureau SOFILO-Gaz de France
    Appellations :
    Usine à gaz de Charleville, actuellement SOFILO-Gaz de France
    Illustration :
    Usine à gaz de Charleville, plan du site. 1949. 1 plan. (Collection particulière Usine à gaz de Charleville, construction d'un bâtiment. [190. ?]. 1 photogr. (Médiathèque Voyelle Usine à gaz de Charleville-Mézières. 1910. 2 cartes postales. (AD Ardennes) IVR21_20090805105NUCA Usine à gaz de Charleville-Mézières. 1910. 2 cartes postales. (AD Ardennes) IVR21_20090805106NUCA Ensemble du site depuis l'ouest ; laboratoire à droite, magasin au fond à droite, district électricité à gauche. IVR21_20090804496NUCA Magasins ; bâtiments situés à droite construits vers 1964 et partie gauche dans les années 1930
    Couvertures :
    toit à longs pans toit à deux pans
  • Usine à gaz
    Usine à gaz La Chapelle-Saint-Luc - 92, 94 rue Aristide Briand - en ville - Cadastre : 1983 AE 145
    Historique :
    La compagnie pour l'éclairage au gaz de la ville de Troyes établit à La Chapelle-Saint-Luc une usine à gaz en 1882 ; celle-ci semble avoir été détruite vers 1970. Lors du complément d'enquête en 2013 , il ne subsiste qu'un vestige sous la forme d'un petit bureau servant d'habitation au numéro 92, à côté de bâtiments modernes appartenant à EDF-GDF et qu'une maison servant d'habitation au numéro 94.
    Référence documentaire :
    Aube : M 1322. Etablissements insalubres, incommodes ou dangereux. Demandes, autorisations, refus. 1881
    Dénominations :
    usine à gaz
    Description :
    Petit bureau en rez-de-chaussée élevé en brique, percé de deux baies à arc segmentaire et d'un
    Titre courant :
    Usine à gaz
  • Usine à gaz
    Usine à gaz Langres - la Collinière - en écart - Cadastre : 1980 AE 120
    Historique :
    Usine autorisée en 1872 pour M. Kieffer ; en 1893, ce dernier dirige toujours l'usine. Cessation
    Référence documentaire :
    Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. Gaz d'éclairage (usine à). 1846-1910 [1890] AD Haute-Marne : 145M 32. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. Gaz d'éclairage (usine à
    Dénominations :
    usine à gaz
    Description :
    En 2013, des vestiges de murs sur la route de Paris et à l'angle de la rue du Souvenir Français
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Titre courant :
    Usine à gaz
    Illustration :
    Vestige de mur à l'ouest sur le mur d'enceinte IVR21_20145201521NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à farine Baradel, puis féculerie de Nauge, actuellement maison
    Moulin à farine Baradel, puis féculerie de Nauge, actuellement maison Moiry - Nauge - en écart - Cadastre : 1985 ZC 2
    Historique :
    Le moulin à farine Baradel préexiste à la féculerie de Nauge. Il appartient à la famille Payer au 19e siècle et on sait que le droit d'eau remonte à Charles X. Une turbine hydraulique horizontale est production actuelle d'électricité à usage domestique. Elle a été installée en remplacement de la roue à aube verticale remontant à l'ancienne activité du moulin à farine. Les bacs de décantation se trouvaient autrefois dans l'actuelle habitation. La fécule produite par la suite servait à la fabrication des images
    Observation :
    Moulin de la Noche (appellation qui correspond à Nauge) sur ruisseau de Marche, M. Payer, 1829-53
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    tuiles mécaniques sur une toiture à longs pans et demi-croupe. Le logement patronal est toujours visible
    Titre courant :
    Moulin à farine Baradel, puis féculerie de Nauge, actuellement maison
    Illustration :
    La féculerie, à gauche le bâtiment d'eau IVR21_20090800808NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine à gaz dite La Chaumontaise, puis S.A. des Usines à Gaz du Nord et de l'Est, actuellement bureaux ERDF-GRDF et habitations
    Usine à gaz dite La Chaumontaise, puis S.A. des Usines à Gaz du Nord et de l'Est, actuellement bureaux ERDF-GRDF et habitations Chaumont - 14 rue Bartholdi - en ville - Cadastre : 1980 AB 131 à 134
    Historique :
    Usine à gaz construite vers 1863 ; propriétaire M. Jumelin. Apport des bâtiments à la S.A. des Usines à Gaz du Nord et de l'Est en 1879. Cessation d'activité dans la seconde moitié du 20e siècle. Site transformée en immeuble. Une plaque commémorative (à la mémoire des victimes de 1944), apposée au mur de Chaumont. Un monument commémoratif de l'installation du gaz de ville à Chaumont est visible square Philippe
    Référence documentaire :
    Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. Gaz d'éclairage (usine à). 1846-1910 [1890] AD Haute-Marne : 145M 32. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. Gaz d'éclairage (usine à
    Dénominations :
    usine à gaz
    Description :
    patronal (E) à un étage carré. En 2013, le bureau (B), l'atelier de fabrication (C) et le hangar (D ) n'existent plus ; le bâtiment A, constitué de bureaux, apparaît pourvu d'une extension vers l'est. Un
    Localisation :
    Chaumont - 14 rue Bartholdi - en ville - Cadastre : 1980 AB 131 à 134
    Titre courant :
    Usine à gaz dite La Chaumontaise, puis S.A. des Usines à Gaz du Nord et de l'Est, actuellement
    Appellations :
    dite usine à gaz La Chaumontaise, puis S.A. des Usines à Gaz du Nord et de l'Est
    Destinations :
    immeuble à logements
    Illustration :
    Chaumont. - Usine à Gaz / Julien et Morel édit., [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à blé, puis entrepôt commercial
    Moulin à blé, puis entrepôt commercial Chaumont - les Quatre Moulins - faubourg des Quatre Moulins - isolé - Cadastre : 1980 ZD 65
    Historique :
    Moulin à blé datant probablement de la deuxième moitié du 18e siècle ; appartenant à M. Petit en (complément d'enquête), le site est trouvé rasé, hormis l'extrémité nord de l'atelier de fabrication (A) sur
    Dénominations :
    moulin à blé
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Titre courant :
    Moulin à blé, puis entrepôt commercial
    Illustration :
    Vestiges de l'atelier de fabrication (A), façade ouest IVR21_20145201467NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard Hannogne-Saint-Martin - La Foulerie - en écart - Cadastre : 1982 AE 80, 89-98
    Historique :
    19e siècle, M. Lombard l'achète et la loue à M. Giresse qui le transforme en filature. Les deux Un moulin à foulon est créé sur ce site en 1550 par la famille Labauche sur le ruisseau de Sapogne . En 1733, il est loué ou appartient à Jean Colet et, en 1761, à Jean Labauche qui possède une manufacture de drap à Sedan. En 1806, il est toujours dans la famille Labauche mais dans la seconde moitié du chaufferie, la salle des machines ainsi que le grand bâtiment à sheds de la filature sont construits. En 1936 , les bâtiments à étages de l'ancien foulon brûlent et sont reconstruits en rez-de-chaussée avec des élève une carderie à son emplacement. Actuellement, le site est désaffecté. Le foulon produisait son énergie grâce à une roue hydraulique entraînée par le ruisseau de Sapogne et des retenues d'eau. La filature était mue par une machine à vapeur, puis ce système a été remplacé par un moteur de bateau dans les années 1930 et la chaudière à charbon par une à fioul. La filature emploie 90 ouvriers en 1883
    Observation :
    . Lombard, filature laine cardée à hannogne st martin ; 21 pers en 05 43.
    Dénominations :
    moulin à foulon
    Description :
    d'ardoise. Excepté les écuries au toit à longs pans, les autres bâtiments ont des toits en pavillon. Face à cet ensemble, la carderie à trois vaisseaux construite vers 1936 à l´emplacement du foulon, présente mécaniques supportés par des piliers en béton armé. Attenant au sud, la filature à huit vaisseaux est couverte de sheds à charpente en bois apparente et d'ardoise ; les murs sont en moellon calcaire enduits charpentes apparentes en bois couvertes d'ardoise. A l'opposé et à l'ouest de la filature, la carderie construite dans les années 1950 en pan de fer et parpaing de béton, a une charpente apparente métallique et
    Titre courant :
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Appellations :
    Moulin à foulon Labauche, puis filature Lombard
    Illustration :
    Une chargeuse en 1972 ; fabriquée à Haraucourt par Alexandre et Antoine IVR21_20090804808NUCA Logement annexe de l'époque de la foulerie, à droite, et bâtiment servant au stockage des balles de laine (à gauche) depuis la cour intérieure IVR21_20090804793NUCA Intérieur de la carderie construite vers 1936 à l'emplacement de l'atelier de production de la Charpente de la carderie construite vers 1936 à l'emplacement de l'atelier de production de la La salle des machines, à gauche, et la chaufferie, à droite IVR21_20090804800NUCA La salle des machines et les toits de la filature attenante, à gauche IVR21_20090804801NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulins (hors moulins à foulon et moulins à couleur)
    Moulins (hors moulins à foulon et moulins à couleur)
    Historique :
    proche de Charleville-M., l'ancien moulin à couleurs de Prix-lès-Mézières, qui est inscrit MH en date du des machineries destinées à des activités diverses (moudre les grains, les écorces, les phosphates concerne que les sites ayant eu un lien fort avec le secteur agroalimentaire : soit des moulins liés à l'agriculture à leur création, soit des sites devenus durablement moulins dans le domaine alimentaire ou agricole. On y trouve des moulins à farine ou à blé (très majoritaires), des moulins à huile (3 en Haute -Marne : Chaumont, Esnouveaux et Foulain ; et 1 dans les Ardennes : This) et des moulins à tan (broyeurs d'écorce de chêne : à Givet dans les Ardennes et à Eclaron-Braucourt-Sainte-Livière en Haute-Marne). Les moulins à foulon (foulage des étoffes), qui sont liés à l'activité textile, ont été écartés de cette -alimentaires seront traités à part (dossier collectif : Minoteries) ; seules les minoteries ayant été moulins dans un premier temps apparaissent ici. La catégorie des moulins est de celles se trouvant à la limite
    Dénominations :
    moulin à blé moulin à farine moulin à huile moulin à tan
    Description :
    propres à l'activité : bâtiments d'assez grands volumes souvent, présence d'un bâtiment d'eau et d'une
    Titre courant :
    Moulins (hors moulins à foulon et moulins à couleur)
  • Filature en laine peignée, puis filature de coton Raguet fils et R. Vignes, puis filature de l'Enclos, puis usine de bonneterie Valton, puis maison
    Filature en laine peignée, puis filature de coton Raguet fils et R. Vignes, puis filature de l'Enclos, puis usine de bonneterie Valton, puis maison Virey-sous-Bar - l' Enclos - 22, 24, 26 rue Jean Monet - en écart - Cadastre : 1980 A 627, 628, 657 à 663
    Historique :
    Le moulin à farine présent sur le site de l'Enclos est modernisé pour y installer une filature de laine peignée au cours du 2e quart du 19e siècle. A la suite de la faillite de l'entreprise en 1885 , Paul Raguet en devient propriétaire et agrandit l'usine en y installant une machine à vapeur de 150 ch 1970. De 1980 à 1986 au moins (enquête initiale), la bonneterie Valton occupe les bâtiments, à d'enquête). Machine à vapeur de 150 ch en 1895, puis machine à vapeur de 450 ch au début du 20e siècle. 80
    Référence documentaire :
    Statistique industrielle et commerciale. 1890-1896 AD Aube : M 2338. Statistique industrielle et
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    Moulin à deux étages carrés, élevé en pisé et structure en bois, recouvert d'un enduit, avec toit à . A l'exception du moulin, l'ensemble des bâtiments est construit en moellons de calcaire, avec brique en encadrement de baie et en chaine d'angle. La cheminée d'usine a été détruite. Le moulin a été en
    Localisation :
    Virey-sous-Bar - l' Enclos - 22, 24, 26 rue Jean Monet - en écart - Cadastre : 1980 A 627, 628, 657 à 663
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Usine de pâte à papier Boulard, actuellement centrale hydroélectrique
    Usine de pâte à papier Boulard, actuellement centrale hydroélectrique Chappes - 3 rue du Moulin - en village - Cadastre : 1987 D 653
    Historique :
    de pâte à papier à Chappes à l'emplacement d'un ancien moulin. Cette usine reste liée à celle de Bar (complément d'enquête), le site sert toujours de centrale hydroélectrique fournissant du courant à EDF. Pas de
    Référence documentaire :
    Statistique industrielle et commerciale. 1890-1896 AD Aube : M 2338. Statistique industrielle et
    Dénominations :
    usine de pâte à papier
    Titre courant :
    Usine de pâte à papier Boulard, actuellement centrale hydroélectrique
    Appellations :
    dite usine de pâte à papier Boulard
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Platinerie, puis château et moulin à foulon dit Foulerie de Bazeilles, puis école, puis orphelinat, actuellement complexe sportif
    Platinerie, puis château et moulin à foulon dit Foulerie de Bazeilles, puis école, puis orphelinat, actuellement complexe sportif Bazeilles - Montvillers - en écart - Cadastre : 1985 AC 143 à 157
    Historique :
    Abraham Poupart achète le site en 1764 à Charles Chardon. Il transforme la platinerie déjà existante en foulerie et bâtit un château à proximité en 1770. On suppose que Jean- Baptiste Jallier de Savault en est l´architecte. En 1836, ruinés, les Poupart revendent la propriété à la famille des maîtres . Charles- Emmanuel Palamet de Matharel, alors propriétaire, met le château à disposition d´une congrégation
    Observation :
    Ensemble monumental remarquable. Moulin de Montvillers sur la Givonne, M. de Fiennes ; moulin situé
    Dénominations :
    moulin à foulon
    Représentations :
    Entablement à frises sculptées ornées d'entrelacs feuillagés incorporant des griffons et des motifs
    Description :
    en ardoise, à longs pans et croupe, abritant deux étages ouverts par des lucarnes. Au nord, le rez-de centre de la composition. Son entablement à frise ornée est supporté par des colonnes ioniques. Les trois bossage. Côté est, les fenêtres rectangulaires présentent des chambranles moulurés à crossette, et à l portail à pilastre et entablement. L´orangerie en rez-de-chaussée est traitée intégralement en pierre de taille, à l´identique du château. De larges portes en plein cintre alternent avec des fenêtres rectangulaires. La toiture à longs pans et croupe est à couverture d´ardoise.
    Localisation :
    Bazeilles - Montvillers - en écart - Cadastre : 1985 AC 143 à 157
    Titre courant :
    Platinerie, puis château et moulin à foulon dit Foulerie de Bazeilles, puis école, puis orphelinat
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à foulon, moulin à huile, puis haut fourneau Mayence, Presles et Cie, puis fonderie S.A.R.L. Bouchenot et Cie
    Moulin à foulon, moulin à huile, puis haut fourneau Mayence, Presles et Cie, puis fonderie S.A.R.L. Bouchenot et Cie Vaux-sur-Blaise - isolé - Cadastre : 1850 A 76 à 80 1986 A 130, 181, 723, 743 à 749, 774, 775
    Historique :
    hangar (M) soit devenu propriété communale (?). Installation de souffleries et d'appareils à vapeur plus Haut fourneau autorisé en 1833 à côté d'un moulin à foulon signalé au 18e siècle et augmenté d'un moulin à huile vers 1822. En 1839, l'usine produit 800 tonnes de fonte nécessitant 2000 tonnes de minerai dans l'Aube, vend les bâtiments à la famille Bouchenot ; la fonderie semble avoir été remaniée en 1922 et Cie en 1927. En 2013 (complément d'enquête), le site apparaît en activité (ensemble A, B et C puissants que les précédents en 1866 ; en 1880, présence d'une roue hydraulique de 20 CV, des pistons à vent des hauts fourneaux, d'une machine à vapeur neuve de 60 CV ; vers 1900, présence d'une dynamo dans le
    Dénominations :
    moulin à foulon moulin à huile
    Localisation :
    Vaux-sur-Blaise - isolé - Cadastre : 1850 A 76 à 80 1986 A 130, 181, 723, 743 à 749, 774, 775
    Titre courant :
    Moulin à foulon, moulin à huile, puis haut fourneau Mayence, Presles et Cie, puis fonderie S.A.R.L
    Illustration :
    Plan et coupe d'un four à puddler. 1 plan : en noir (AD Haute-Marne : 130S 224) IVR21_19895201567X Vaux-sur-Blaise (Hte-Marne) - Intérieur de l'Usine / Edition Gigant ; M. Leblanc photographe, [1er Atelier de fabrication (moulin à huile) IVR21_20145201679NUCA Angle intérieur nord, logement patronal, ateliers de fabrication (moulin à foulon et moulin à huile
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à farine dit du Roland, puis filature de laine, puis tannerie, puis maisons
    Moulin à farine dit du Roland, puis filature de laine, puis tannerie, puis maisons Fismes - isolé - Cadastre : 1988 AH 213
    Historique :
    En 1848, M. Prioux Pasquier exploite un moulin à farine, qui laisse la place à une filature de laine sous le Second Empire. A la fin du 19e siècle, une tannerie de peaux de lapin s'installe dans ces . Lors de l'enquête initiale, en 1991, l'usine n'a plus de fonction industrielle. Lors du complément modification de l'ensemble. A la fin du 19e siècle, une machine à vapeur de 25 ch complète la force hydraulique
    Référence documentaire :
    AD Marne : 186M 11. Enquête, par commune, sur le nombre des manufactures, usines ou ateliers à moteur mécanique (hydraulique ou à vapeur) et à feu continu, et sur le nombre des fabriques occupant
    Dénominations :
    moulin à farine
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Titre courant :
    Moulin à farine dit du Roland, puis filature de laine, puis tannerie, puis maisons
    Annexe :
    ). Le Roland était un ancien moulin appartenant dès 1147 à l'abbaye de Chartreuve. Incendié et rebâti en place à Fismes depuis 1147. Transformé en usine de peaux de lapins en 1893 par la société Lafrique, il fabrique identique à Crocq dans la Creuse et une autre à Brooklyn, en plein New-York. Revue de Champagne touchant le trécens que l'abbaye de Chartreuve devait à l'abbé de Mouzon sur le Moulin Roland et sur le cours de la rivière de Vesle ; ladite charte rongée de tous côtés. p. 330 : ... de Baudement à l'abbaye Roland jusqu'à Fismes. p. 334 : 1272 Copie faite par Varlet et Lemoine, notaires à Braisne, de la confirma ces donations, mais il y ajouta des marais à Breuil et à Bazoches, et le cours de la Vesle depuis le moulin Roland jusqu'à ... Revue historique ardennaise. Paul Laurent. 1896. p. 191 : ... devait à Richer, M. Parent. 1983. 432 pages. p. 156 : Les villages de Court et Villette près de Fismes avec le . Notice Historique et Descriptive des Monuments Civils et Religieux du Canton de Fismes par M. l'abbé
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à blé, haut fourneau, puis fonderie dite S.A. B. et J. Viry
    Moulin à blé, haut fourneau, puis fonderie dite S.A. B. et J. Viry Allichamps - rue du Fourneau - en village - Cadastre : 1850 B 520 à 522 1982 B 165, 185, 196, 221, 451 à 464, 468, 495, 520, C 238, 241, 243, 244, 249 à 251
    Historique :
    Haut fourneau situé vis à vis d'un moulin à blé et appartenant au duc d'Orléans en 1772, affermé à Challes des Etangs et qui produit alors 250 tonnes de fonte. Acquisition par Bourlon, maître de forges à fourneau équipé à l'air chaud vers 1855 ; ajout d'un cubilot vers 1865, date à laquelle le haut fourneau deux moteurs à vapeur et de deux roues hydrauliques en 1893. 1818 : 7 ouvriers internes, 10 minerons
    Dénominations :
    moulin à blé
    Description :
    Logements d'ouvriers (K et M) en rez-de-chaussée, un étage de comble ; logements d'ouvriers (N) en cintrés ; salle des machines (F) en rez-de-chaussée, destiné à un moteur électrique. En 2013, les fenêtres
    Localisation :
    Allichamps - rue du Fourneau - en village - Cadastre : 1850 B 520 à 522 1982 B 165, 185, 196, 221 , 451 à 464, 468, 495, 520, C 238, 241, 243, 244, 249 à 251
    Titre courant :
    Moulin à blé, haut fourneau, puis fonderie dite S.A. B. et J. Viry
    Illustration :
    Allichamps (H.-M.) - Le Moulin / S.H. et Cie éditeur, [1er quart 20e siècle]. 1 impr. photoméc Cour, ancienne halle à charbon transformée et hangar, façade sud IVR21_20145201687NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à farine dit moulin d'Harcy, puis usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs) Hodin-Périn, actuellement maison
    Moulin à farine dit moulin d'Harcy, puis usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs) Hodin-Périn, actuellement maison Lonny - Moulin d'Harcy - route de Rimogne - en écart - Cadastre : 1982 OA 97
    Historique :
    L'ancien moulin à farine dit Moulin d'Harcy appartient à Hennecourt- Boucaumont dans la seconde moitié du 19e siècle. En 1881, Hennecourt fait installer une machine à vapeur. Le moulin est converti en moulin à couleurs par Paul Hodin et son épouse Rose Périn en 1888. Les bâtiments connaissent deux
    Précision dénomination :
    moulin à couleurs
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    roue à augets d'un diamètre de 7,50 m était alimentée par un bief aujourd'hui disparu. Quatre bâtiments sont accolés, avec toiture à longs pans à charpente en bois couverte d'ardoise et fibrociment. Les murs sont en moellon calcaire de Dom-le-Mesnil, à l'exception d'un mur pignon en brique. Une
    Titre courant :
    Moulin à farine dit moulin d'Harcy, puis usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs
    Appellations :
    moulin à farine dit moulin d'Harcy, puis usine de préparation de produit minéral Hodin-Périn
    Illustration :
    Ancien moulin de Lonny : a gauche, le logement du meunier, au centre le bâtiment de meules, à Façade ouest. A droite se trouvait la roue à aubes de 7,50 mètres de diamètres
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Moulin à farine, puis usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs) Colin
    Moulin à farine, puis usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs) Colin Prix-lès-Mézières - 40, 57 rue du Moulin - en ville - Cadastre : 2008 AC 24, 29-32, 34
    Historique :
    Un moulin à farine, construit sur ce site par le prieuré du lieu dépendant de l'abbaye de Saint est ensuite reprise par des marchands parisiens, Schuermans et Van Liesmal. A partir de 1702, le moulin est loué à la Manufacture d'armes de Charleville et parallèlement, un moulin à tan (le moulin d'En -Haut) est établi à proximité. Bien National à la Révolution, le moulin du Milieu et le moulin du Bas transforme en moulin à couleurs. Le Grand Moulin cesse de moudre à la Première Guerre mondiale et le moulin du Milieu, acheté en 1920 par M. Villemot, s'arrête en 1955. Un plan nous renseigne sur la composition de l'ensemble : les calcinateurs et séchoirs étaient situés à l'arrière du moulin du Milieu et un magasin était accolé sur sa partie gauche. En 1702, le moulin est doté de deux batteries à trois marteaux par une roue de 6m de diamètre. Neuf ouvriers travaillent au moulin à couleurs en 1883.
    Référence documentaire :
    p. 16-24 COISTIA. M. Les moulins à couleur des Ardennes, collection Terres ardennaises, 1991.
    Précisions sur la protection :
    (cad. AC 34) ; ancien sytème hydraulique (cad. AC 22, 23, 25 à 27, 32) : inscription par arrêté du 26
    Précision dénomination :
    moulin à couleurs
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    visibles depuis la rue et en moellon de même nature pour les autres côtés, toit en pavillon à charpente modèle mais avec un toit à longs pans brisés (la partie de droite a été refaite récemment) couvert de
    Titre courant :
    Moulin à farine, puis usine de préparation de produit minéral (moulin à couleurs) Colin
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
    Illustration :
    Arrière du Grand Moulin, canal de fuite à l'intérieur duquel était implanté la roue de 6 m de Le Grand moulin, à droite, et le moulin du Milieu, à gauche. IVR21_20090804833NUCA Intérieur du Grand Moulin : ancienne arrivée du canal ; à droite une conduite forcée conduisait une Moulin du Milieu : à gauche les supports des trois paires de meules. IVR21_20090804839NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans brisés
1 2 3 4 11 Suivant